• Critique NeuN T.3 par

    Après un tome 2 un peu faible, l'auteur redresse un peu la barre ici avec une intrigue qui reprend du poil de la bête et devient un peu plus lisible, même si les intentions des héros restent assez flous à part dégommer des nazis.

    Dans ce tome, les héros mettent un visage sur un nom, leur nemesis : Sechs. La rencontre est d'ailleurs terrifiante de banalités. En effet, le mangaka aime avancer masqué dans une intrigue à l'ambiance lente et pesante où il nous présente comme banal un espèce de quotidien tranquille sous l'Allemagne nazi, c'est terrifiant. De la même façon, on commence à nous dévoiler les pouvoirs des deux antagonistes dans une ambiance de normalité effrayante. Pourtant, ça n'a rien de normal et les deux font vraiment peur. En effet, on découvre que l'un peut influencer les autres à un tel degré qu'il peut les pousser à se tuer en moins de deux ; et l'autre est capable de percevoir une poussière noire qui serait comme les résidus de nos sombres pensées à la veille de la mort. Des pouvoirs tout sauf normaux dont on voit l'application directe et tragique pour l'un en découvrant un peu son passé, mais qui restent entièrement à exploiter pour le second et qui feront sûrement l'objet de la suite de l'histoire.

    Celle-ci devient d'ailleurs assez intéressante et dynamique ici, grâce 1/ aux souvenirs de Sechs, 2/ à la rencontre d'un autre enfant d'Hitler. Tous deux insufflent enfin un peu de vie dans cette intrigue au rythme souvent morne. Le premier glace le sang. Le second amène pas mal d'espoir de développement, notamment parce qu'on déplace l'histoire en Pologne auprès d'une cellule de la Résistance. L'action revient donc sur le devant de la scène même si ça continue à être assez flou quand à ce que ça va devenir.

    6

    Tampopo24 - 01 mars 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu NeuN T.3 ?
Ecrire une critique