• Critique Tsugumi project par

    C'est toujours très délicat de juger une œuvre en cours plutôt qu'une œuvre dans son ensemble.

    Pourtant en lisant Tsugumi Project on a presqu'envie de dire que l'on a entre les mains un must have. Dès les premières pages, le ton est donné. On sait où l'auteur veut nous emmener et surtout la longue route que notre héros devra traversé.

    Mais de quoi ça parle ? On suit Léon, ancien militaire français arrêté pour espionnage (lui semble affirmer le contraire) envoyé en mission avec tout un escadron suicide afin de récupérer une arme surpuissante : son nom Toratsugumi. La bombe atomique a de nouveau frappé l'archipel nippon (par qui et pourquoi pour le moment nous n'en savons rien) et la nature a repris ses droits sur les constructions humaines. Suite au crash de son avion, Léon fera la connaissance de Tsugumi accompagné de son petit animal de compagnie (un lion de 2m50 d'envergure) Tora. Vous sentez déjà où veut en venir l'auteur.

    Il cherchera a se rendre aux archives nationales afin de trouver des traces de cette arme. Il devra ensuite survivre pendant toute une année sur cette ile avant d'être récupéré par un escadron militaire et voir sa peine pour trahison réduite.

    Alors pourquoi Tsugumi Project c'est bien ? Déjà, le trait de l'auteur est atypique. Entendez par là que nous sommes sur une œuvre hybride empruntant énormément aux codes de la BD franco-belge. L'auteur ne s'en cache pas et le dit même au cours de l'interview présente en fin du premier tome. L'ambiance post-apocalyptique est très bien rendu, nous sommes très proche de l'atmosphère de "La Belle Mort" de Mathieu BABLET ou pour faire le lien avec le cinéma du film "The Last Girl : celle qui a tous les dons".

    Côté bestiaire, l'auteur nous en met plein la vue : entre des hommes singes très présents, une femme oiseau, un lion de 2.5 mètre. Tout y est pour nous questionner sur la Théorie de l'Evolution de Darwin des suites d'un hiver nucléaire. Les scènes d'actions sont très bien rendues et malgré le fait que nous soyons sur un format papier, nous arrivons presque à distinguer le mouvement de chaque attaque. Bref, du très bon en sommes.

    La fin du tome 2 laisse énormément de questions en suspend. La seule crainte que nous pourrions avoir sur cette œuvre vient plutôt de la longueur de l'histoire. L'auteur compte-t-il étirer son récit quitte à étiolé un peu l'effet de vitesse et de stress omniprésente à chaque case; seul l'avenir nous le dira.

    -

    Bradleynurr - 19 novembre 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Tsugumi project ?
Ecrire une critique