• Critique Ultramarine Magmell T.1 par

    Il y a trente-cinq ans est apparu un nouveau continent baptisé Magmell, très hostile à l'espèce humaine en partie à cause des créatures qui y vivent, il arrive fréquemment que les personnes qui s’y rendent ne reviennent pas. Afin d’y remédier, une équipe de sauveteurs à vu le jour, leur mission: sauver les personnes en danger sur Magmell. Leur nom: le Pavillon des Glaneurs. Leurs membres ? Yin Yo, le sauveteur avec le taux de sauvetage le plus élevé et Zero, une jeune fille qui l’accompagne dans ses missions.

    Vous vous en doutez, si ces deux-là ont un taux de sauvetage plus élevé, c’est probablement qu’ils cachent un ou deux petits secrets. Mais ça, je vous laisse le découvrir.

    J’ai beaucoup aimé suivre leurs aventures dans ce premier tome qui, tout en étant introductif, entre déjà dans le vif du sujet et nous offre déjà de l’action et des combats forts intéressants. Un peu à la One Punch Man, Ultramarine Magmell nous présente un protagoniste super fort mais qui semble être un véritable empoté doublé d'un flemmard et surtout un gros nonchalant dans la vie de tous les jours. Ici, on a un personnage qui se fait laver les dents par Zero, qui se fait habiller par elle... Bref, vous l’aurez compris, en plus de l’action l’auteur nous livre un récit à l'humour omniprésent et qui fonctionne bien. Du moins pour moi, je me suis franchement bien amusée durant toute la lecture de ce tome.

    Un autre point positif en lui même est l’exploration. Même si ce n’est pas le thème le plus original que l’on puisse trouver, je l’apprécie beaucoup. D’autant plus que exploration rime avec monde inconnu et c’est là que se trouve toute l’originalité de l'œuvre. On voit tout de suite que l’auteur a beaucoup réfléchi à son univers. Il nous présente des variétés de plantes, des espèces animales complètement dingues… Mais qui collent parfaitement ! A mi-chemin entre créatures préhistoriques et créatures actuelles, c’est tout un nouvel écosystème que l’auteur nous offre. Et j’adore ça, partir à la découverte de nouvelles espèces. Dans Ultramarine Magmell on découvre tout en venant porter secours à autrui, que demande le peuple ? Bien sur, Magmell ce n’est pas que ça. C’est beaucoup plus de mystères, de faces cachées et de questions encore sans réponses que l’on découvrira au fil des prochains tomes.

    Coté dessin, c’est un peu plus en demi-teinte. Il est très beau, je ne le nierais pas, mais il a ses imperfections, comme tous vous me direz. Le côté un peu brouillon de certaines planches peut parfois rendre la compréhension difficile mais cela reste un cas rare et dans l’ensemble les traits sont tout de même fluides, les décors sont travaillés tout comme les créatures peuplant Magmell. Dans l’ensemble, ça reste un bon dessin et je n’ai rien à redire dessus dans sa globalité. Mais, je le répète, il y a de quoi s’améliorer et je ne demande qu’à voir l’évolution de l’auteur dans les prochains tomes.

    7

    Imitatia - 26 décembre 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Ultramarine Magmell T.1 ?
Ecrire une critique