• Critique Red Hood T.1 par

    Fin d'année, la mangaka connue sous le nom Hagi revient aux éditions IDP avec un tout nouveau one-shot, Red Hood, paré d'une couverture aux allures fantasy qui donnait bien envie de la dévorer. Une aubaine pour les fans de l'auteur, une découverte de son travail pour ma part.

    Friande du mélange boy's love/fantasy/ surnaturel encore trop rare à mon goût malgré la publication des œuvres de Ranmaru Zarya ou le retour de l'excellent Crimson Spell d'Ayano Yamane en juillet, la lecture de Red Hood m'emballait plutôt bien au départ. Bien que cette dernière se soit révélée sympathique, certains aspects du récit m'ont laissées un peu perplexe notamment le côté très glauque qui tranchait très nettement avec l'attitude légère du personnage principal.

    L'idée de l'auteur de revisiter le mythe du chaperon rouge à sa sauce où elle troque la jeune fille et sa mère grand pour un chasseur de sorcière et un loup en quête de vengeance possède tout à fait de quoi séduire sur le papier. L'auteur installe très vite les bases de son récit entre la rencontre des deux principaux protagonistes, le passé assez sombre de l'un d'entre eux qui vient justifier le fait qu'ils se lancent tous les deux dans une quête à peine quelques minutes après s'être rencontré ou encore les quelques informations sur l'antagoniste, on apprend pas mal de choses en l'espace d'un seul chapitre. C'est assez rythmé et globalement cette petite quête est bien menée avec ce qu'il faut de rebondissements, de révélations, d'action et d'évolution. Les personnages secondaires sont franchement sympathiques, la meute de Fen est assez attendrissante et on apprécie leur loyauté envers Fen. Tandis que les deux alliées de Golda trouvent leurs places dans l'intrigue, entrent en action quand il le fallait et ont souvent apporté un peu plus de profondeur au récit. On apprécie également l'antagoniste qui a plutôt bien joué son rôle ainsi que le sort de l'une de ses prisonnières. J'aurai d'ailleurs aimé voir l'auteur consacrer plus de temps à travailler ce pan du récit mais c'est pas mal du tout.

    En tout cas, il y avait de l'idée. Seulement, j'avoue être souvent sortie de ma lecture à cause de certains éléments à commencer par le pouvoir de Golda qui me fait penser à celui du prince Valdrigr dans Crimson spell de Ayano Yamane mais en plus cheap. Je n'ai pas non plus réussi à accrocher aux personnalités des deux principaux protagonistes, elles sont croquées de façon assez légère et fonctionnent assez mal avec l'ambiance sombre du récit. On aurait également pu se passer de certains dialogues qui nous font décrocher plus qu'autre chose, tout comme certains délires autour du corps de Golda ou de son pouvoir. Même chose pour les nombreuses scènes de sexe, j'ai un peu de mal avec le délire de celles où on voit Golda s'accoupler à Fen sous son apparence de loup garou. Si je devais résumer en quelques mots, il y a du bon et du moins bon mais j'ai globalement apprécié ma lecture.

    Un petit mot sur les graphismes, le trait de l'artiste se révèle plutôt plaisant et sert bien l'intrigue sur de nombreux aspects. La promesse est tenue en ce qui concerne l'aura fantasy du titre, on apprécie le bestiaire qui est assez bien foutu. Les chara-design sont franchement sympathiques, les scènes d'action fonctionnent et offrent pas mal de dynamisme au récit. La mise en scène est réalisée avec soin, tout est lisible. Agréable à découvrir!

    6

    snoopy - 29 mai 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Red Hood T.1 ?
Ecrire une critique