• Critique Dark king of kings T.2 par

    J'attendais ce deuxième tome de Dark king of kings avec impatience. Effectivement, la parution au Japon est assez aléatoire, et je ne m'attendais pas à avoir la suite "aussi vite". Mais c'est tant mieux, car le premier tome avait été réellement plaisant. Ce manga est un titre sombre de fantasy, qui puise sa force dans le développement scénaristiques.

    Ascendant progressif

    Les personnages sont assez basiques dans l'ensemble, que ce soit au niveau de leur personnalité ou leur physique. Ils n'ont rien d'exceptionnel, ce sont leurs aventures qui apporteront l'intérêt à l'oeuvre. Notamment notre héros, devenu vampire et désormais torturé par sa soif de sang. Un héros assez atypique en somme, comme je l'avais signifié dans le premier tome. Cette fois-ci, les guerriers de Krafto rentrent au palais après leur combat contre l'empire russe. Dans toute la première partie du tome, nous allons suivre un protagoniste principal torturé par ce qu'il est devenu, essayant de comprendre comment son métabolisme fonctionne. Il va entre autres tenter de savoir si le sang de lapin suffit à étancher sa soif et s'il peut résister à la lumière du soleil. Depuis le début de cette histoire, j'ai un coup de cœur pour Stéphane, notre héros à la fois pur et sombre. En parallèle de l'histoire principale, nous suivons aussi son développement personnel, tout aussi intéressant. Une des principales qualités du titre.

    Ce manga prend également le temps de revenir en arrière dans le passé pour crédibiliser les personnages. Et c'est souvent fait sans lien direct avec le présent, de manière à ne pas offrir trop d'informations au lecteur dès le deuxième tome. Notamment sur le passé de la gouvernante, qui permet à la fois de lui donner de l'importance et de mettre en avant la bonté du Roi. Concernant les autres personnages, Emilia voit que Stéphane a changé et décide d'aller lui en parler. C'est désormais la seule personne qui partage son secret, et ils en viennent enfin à s'embrasser et s'avouer leur amour respectif. Une belle avancée méritée et ce, tout en douceur. C'est ce que j'apprécie aussi avec ce titre : Tout est toujours fait en finesse, sans aucune exagération.

    Conflit

    Pour parler du conflit direct, dans ce tome, les choses évoluent même si nous ne sommes pas en plein combat. Suite à l'abandon du pape, le Roi va devoir vaincre la Russie seul avec ses troupes, et se trouve contraint de trouver une stratégie pour combler la différence de soldats. Ce n'est sans compter sur un messager russe venu demander une trêve. D'après les nombreuses phases de narration, cela n'annonce rien de bon, mais je pense que l'on en saura plus dans le troisième tome. Pour l'heure, le conflit n'est plus d'actualité et nos héros pourront avoir un petit peu de repos. Notamment pour profiter de leur amour, Stéphane devra quant à lui prendre le trône.

    Mais pour faire la paix, Stéphane devra épouser la fille du Grand-duc de Russie, et Emilia sera vouée également à un mariage dont elle ne veut pas. Et ce, malgré le fait que le roi sache pertinemment que ces deux-là sont amoureux. J'attends donc avec impatience le troisième tome pour savoir s'ils céderont aux demandes de leur souverain ou s'ils décideront, par exemple, de s'enfuir ensemble comme ils en ont déjà parlé dans ce tome.

    8

    Niwo - 02 avril 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Dark king of kings T.2 ?
Ecrire une critique