• Critique Les Fugitifs par

    Les trois frères du Hokuto Shinken se retrouvent face à face. L’affrontement entre Toki, Ken et Raoh promet d’être sanglant…

    Ce huitième volume s’ouvre donc sur combat entre héritiers du Hokuto. Toki décide de se présenter face à Ken-Oh, et immobilise Ken afin que celui-ci n’intervienne pas. Devant le déroulement du combat, Ken ne peut rester simple spectateur et se défait de l’emprise de la technique de Toki pour porter secours à ce dernier. S’engage alors un violent combat entre Raoh et l’héritier légitime du Hokuto Shinken. Ce dernier se finit sur un match nul et les regards se portent désormais sur Rei à qui il ne reste plus que 3 jours à vivre suite à l’attaque de Raoh. Mais Mamiya ne veut pas voir souffrir l’élu de son cœur et part pour Medecine City, désormais sous le joug de Kuhôgan le cruel…

    Ce volume contient l’un des meilleurs moments du titre. L’affrontement entre Toki et Raoh suivi de celui entre Ken et Raoh est splendidement mis en scène par Tetsuo Hara et le résultat est bluffant. Un vrai grand moment. Le reste du tome nous permet de connaitre le passé de Mamiya et l’apparition d’un nouvel héritier du Nanto promet un nouveau combat dantesque lors du prochain tome. Malgré ces 25 ans, Hokuto no Ken reste une série hors-normes, un titre à part, et le talent de Buronson et Tetsuo Hara rend le titre passionnant. Le trait d’Hara n’a pas pris une ride et le récit est toujours aussi violent et sordide que le monde dans lequel vivent les protagonistes.

    Un titre réellement incontournable.

    -

    ivan isaak - 22 août 2009

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Les Fugitifs ?
Ecrire une critique