• Critique Neo Parasite T.1 par

    Avec la réédition de cette série culte qu'est Parasite, Glénat a eu l'idée de sortir une anthologie qui est un recueil de nouvelles hommages à Parasite écrites par 12 mangakas parfois très connus en France, parfois méconnus. Mais tous se sont prêté à l'exercice d'imaginer une histoire dans l'univers de cette belle série de science-fiction horrifique.

    Nous nous retrouvons ainsi avec un objet assez conséquent de près de 300 pages, au format seinen, où l'on retrouve 12 histoires de longueurs assez différentes les unes des autres avec parfois des pages couleurs, pour un peu moins de 11€ (un poil cher à mon avis quand on compare le format des titres disponibles à ce prix là habituellement...). Chaque histoire se passe dans l'univers de Parasite et à la fin de chacune, on retrouve une page présentant brièvement la relation du mangaka à l'oeuvre et pourquoi il a fait un tel récit, ainsi qu'une courte bibliographie,  ce qui était vraiment bienvenue.

    Les histoires sont plutôt inégales aussi bien dans le fond que dans la forme. J'ai adoré les plus sérieuses d'entre elles, tandis que d'autres plus légères ou expérimentales m'ont semblé assez oubliables. Leurs auteurs se sont toutefois bien prêtés à l'exercice puisque chacune d'elle fait appel à un élément de la série d'origine, personnages, ambiance, thème des parasites. Il vaut donc mieux avoir lu celle-ci pour s'y retrouver et ne pas risquer d'être spoiler comme ce fut mon cas malheureusement... Du coup, je me demande s'il n'aurait pas été plus judicieux de la part de l'éditeur de sortir ce tome avec le dernier de la réédition de Parasite plutôt qu'avec le premier...

    Pour en venir aux histoires maintenant, mes préfères sont largement celles des auteurs que je connaissais et appréciais, c'est-à-dire celles de Moto Hagio (Le Coeur de Thomas) et Hiroki Endo (Eden), mais j'ai également beaucoup aimé celles de Moare Hota, Takatoshi Kumakura (Mokke) et Ryoji Minagawa (Peacemaker). J'ai trouvé celle d'Hiro Mashima trop légère malheureusement et les autres m'ont tour à tour dérangée, mise mal à l'aise ou semblé transparentes. On y retrouve les thèmes de la coexistence parasites-hôtes, mais aussi la perpétuation de la race, la famille et l'héritage, l'amour, et le développement de leurs capacités. J'ai également apprécié le très poétique chapitre de Riichi Ueshiba, qui repose sur son dessin fourmillant car il n'y a presque pas de texte, mais comme je n'ai pas lu toute la série, j'ai l'impression d'être passée à côté de pas mal de choses...

    J'ai été fascinée par les univers de SF militaire d'Hiroki Endo (dont j'aime d'amour l'excellent Eden - It's an Endless World) et de Ryoji Minagawa (auteur de Peacemaker entre autre autre qu'il faut que je lise !) qui sont en plus des dessinateurs hors pair pour des récits violents et percutants.

    J'ai aimé la SF plus douce, un brin mélancolique et plus sociale de Moto Hagio, Moare Hota et Takatoshi Kumakura, qui parlent tous trois de famille, de transmission, d'héritage. J'ai surtout été ravie de pouvoir lire à nouveau la première en français et j'ai retrouvé dans sa nouvelle, la plus longue du recueil, un peu de l'ambiance de son Otherworld Barbara.

    Les créations d'Hiro Mashima (Fairy Tail), Peach-Pit (Shugo Chara) et Yukari Takinami sont très orientés humour et apportent peu à l'imaginaire de la série. C'est plus du comique de situation parfois répétitif, qu'une réflexion à partir des thématiques de la série comme ont pu faire les autres. J'ai en plus été assez mal à l'aise face à l'aspect sexuel qu'introduisent les deux derniers et qui n'a pas lieu d'être ici pour moi.

    Reste les propositions de Takayuki Takeya et Yasushi Nirasawa (Kamen Rider), tout en couleur, mais trop expérimentales pour moi, à côté desquels je suis complètement passée.

    6

    Tampopo24 - 17 mars 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Neo Parasite T.1 ?
Ecrire une critique