SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p,ms8.critiques AS a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.notes AS n ON a.element_id=n.id_fiche WHERE p.id=a.element_id AND a.id='132489'
  • Critique Demon slayer T.1 par

    Retour sur Demon Slayer, le shonen manga de cette rentrée 2019. Sans doute le gros titre shonen pour Panini qui mise ici sur la popularité de l'anime ( diffusé en France sur wakanim) pour relancer la série de base.

    En effet, Demon Slayer est une relance. Il fut déjà édité l'an dernier sous le titre (infâme) des Rôdeurs de la nuit, parution en toute discrétion... Mais lorsque les studios Ufotable se sont emparés du manga papier pour en tirer une somptueuse anime vivement appréciée par le public, Panini a donc décidé de surfer sur cette vague de popularité pour relancer cette série sous son titre original :  Demon Slayer "Kimetsu no Yaibe". 

    Difficile forcément de ne pas comparer le matériel d'origine avec les grandes qualités visuelles de l'anime. L'équipe d'Ufotable  a  su s'approprier et sublimer le climat à la fois sombre, spirituel mais aussi historique du manga de Koyoharu Gotouge. Ce dernier a réalisé un shonen assez stylé rien qu'au niveau de son background qui nous plonge durant l'ère Taisho ( 1912-1926). Un parti pris historique dans lequel les Pourfendeurs de démons semblent incarner des ronins invisibles face à la menace démoniaque, une menace insidieuse qui se profile dans les recoins d'un Japon à l'aube d'un XX eme siècle sur le point de connaître de graves changements. 

    Ainsi ce shonen possède une ambiance crépusculaire et mélancolique plutôt réfléchie dans l'ensemble avec une introduction toutefois  assez sinistre.

    Un pauvre jeune homme découvre sa famille massacrée par un démon dans un recoin rural du Japon. Seule sa soeur s'en est sortie mais pas indemne puisqu'elle a elle-même été transformée en démon. Tanjiro va alors tout faire pour que sa sœur Nezuko redevienne humaine. Alors que cette dernière semble être capable de contrôler ses pulsions démoniaques, Tanjiro , quand à lui, va suivre la voie des Pourfendeurs de démons afin de trouver le remède pour sa soeur. Dès le premier volume, ce duo se montre parfaitement attachant. C'est le cœur de cette série avec une petite ouverture tout en nuance de gris dans laquelle Tanjiro porte sa sœur sous la neige en jurant de la sauver.

    Nous restons dans les codes bien connus du shônen nekketsu avec un jeune héros qui veut devenir plus fort, cela dans un but louable. Bien qu'on soit dans un shonen initiatique peut-être un peu classique dans le fond, je trouve que l'humanité qui se dégage de ce titre est tout de même assez rafraîchissante. Les visages sont doux, délicatement expressifs, le trait est fin avec un certain sens du contraste. Ce premier volume est sombre tout en restant soutenu. 

    Peut-être même trop soutenu, ce premier volume aurait mérité davantage de panache au niveau graphique, les décors sont parfois pauvres et l'intrigue semble évoluer dans une certaine morosité. Ce sont cependant de légers détails qui vont aussi de pair avec cette ambiance générale tout en finesse.



    7

    MassLunar - 31 octobre 2019

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Demon slayer T.1 ?
Ecrire une critique