SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p,ms8.critiques AS a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.notes AS n ON a.element_id=n.id_fiche WHERE p.id=a.element_id AND a.id='130880'
  • Critique Yûna de la pension Yuragi T.7 par

    Toujours très sympa le petit univers de Yuna et la pension Yuragi poursuit sur sa voie alternant petits instants de quotidien prenant vite des allures coquines, les rapprochements croustillants entre les demoiselles et Kogarashi, les mystères autour de la jolie Yuna et une galerie de personnages qui ne cesse de s’étoffer. Une recette qui fonctionne toujours à merveille dans ce septième opus.

    « Chouette mélange »

    On débute avec la suite de la séance de spiritisme à laquelle Yuna et Kogarashi ont été invités un peu par hasard. Même si le tout reste encore très mystérieux, on aura tout de même le droit à quelques révélations intéressantes qui ne font que davantage attiser notre curiosité. En effet, on découvre que la jeune femme ne serait pas réellement liée à la pension alors que logiquement les esprits hantent les lieux de leurs morts ou ceux qui ont eu une forte incidence sur leur vie. Il y a également l’image d’elle de son vivant qu’on perçoit très différente de la Yuna qu’on connait, l’auteur s’y prend bien pour nous donner envie de découvrir le passé de son héroïne. Good Game !

    On enchaîne la lecture avec trois petits chapitres aux allures festives et du même style que la fête d’halloween ou le chapitre du jeu de l’oie possédé. D’ailleurs, la petite Kozuyu continuera ses petites farces pour notre plus grand plaisir. Je vous laisse deviner la façon dont se termine l’épisode. On apprécie également les rapprochements entre notre héros et Chisaki puis Yuna, des petits instants où chacun de se confie à l’autre et où Kogarashi brille par sa sincérité.

    Dans la seconde partie, on entame une toute nouvelle intrigue puisqu’une flopée de damoiselles sont venu chercher querelle à notre Kogarashi national. Ces dernières semblent beaucoup en vouloir à notre héros, on en découvre bien sûr la raison mais c’est surtout les réelles intentions de leur leader qui prêteront à sourire. Un coup classique mais drôle et fun à l’image de la série. Une mission de sauvetage débute en fin de tome, il faudra donc attendre la suite pour découvrir la façon dont notre petit commando va s’y prendre pour libérer notre héros. Sympa !

    Enfin, on aime les petites illustrations bonus mais en couleur please ! Ce serait franchement sympa que l’éditeur offre des cartes postales ou des mini goodies à l’effigie de nos damoiselles. Ce qui ferait plus d’un heureux, j’en suis sûr !

    7

    snoopy - 10 juillet 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Yûna de la pension Yuragi T.7 ?
Ecrire une critique