• Critique Divci Valka T.4 par

    Le tome conclut l'épidémie de peste par une mise en quarantaine des malades.
    Le nouvel objectif de Zizka est très ambitieux. Il s'agit d'occuper le château de Vysehrad qui est une place forte importante.
    Cependant le château est extrêmement bien défendu et malgré les inventions de Liselotte (une fille ingénieur) les Hussites n'arrivent pas à s'en emparer.
    L'affrontement est un échec, il faut dès lors utiliser la ruse.
    Les Hussites décident donc de creuser un tunnel afin d'infiltrer le château. Cependant, l'assaut échoue et le groupe est contraint de se barricader dans une tour. Malgré plusieurs autres tentatives d'assauts, le château résiste héroïquement.
    Les deux camps tiennent donc un siège extrême afin de faire capituler l'adversaire. Les défenseurs du château retiennent notre troupe coincée dans sa tour tandis qu'eux-même sont assiégés par l'armée de Zizka.
    Ce siège durera plusieurs mois mais dès l'arrivée de l'armée de renfort, Zizka les mettra en déroute grâce à l'un de ses ingénieux plans.
    Suite à cette défaite, notre héroïne Sarka arrivera à faire capituler les défenseurs du château tout en leur promettant la vie sauve.
    Finalement, les Hussites sont encore les vainqueurs mais à quel prix...

    Ce volume est très intéressant d'un point de vue historique car il nous livre toute l'horreur d'une situation de siège. A partir du moment où l'auteur nous offre un double siège extrême (affamer l'adversaire au point qu'il capitule ou meure) l'intrigue prend vraiment une tournure originale mais terrifiante.
    Les dessins de Sarka maigre et affaiblie décrivent bien l'horreur de ce stratagème. En effet, les personnages vivent une lente agonie et certains sombrent peu à peu dans la folie au point de suicider. Tous les procédés sont bons pour survivre. Garder le moral est primordial : l'espoir d'être secourue est ce qui permet à Sarka de ne pas sombrer.

    Autre point qui m'a plu. C'est le fait que toutes les inventions de Liselotte sont inspirées du travail de l'ingénieur Konrad Kieser (personnage historique), un véritable précurseur sur le plan militaire (même le principe des tenues de plongée évoquées dans le manga sont une des ses nombreuses idées). Une page d'explications lui est accordée à la fin du volume.
    Comme à son habitude, l'auteur nous offre plus d'informations en fin de volume ce qui permet de différencier la partie fictive et la partie historique, c'est un point sur lequel il est assez rigoureux et c'est très plaisant.

    7

    yeong - 05 mars 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Divci Valka T.4 ?
Ecrire une critique