• Critique Akihabara fall in love T.1 par

    Ayant beaucoup apprécié les précédents titres de Chiaki Kashima publiés en France, et notamment The seesaw game of distorted love qui reste mon petit préféré, c’est sans crainte que je me suis plongée dans la lecture de ce nouveau titre de la mangaka: Akihabara Fall In Love. Et sans grand étonnement ma lecture fut agréable. Sans pour autant casser les codes du genre ou révolutionner le monde du Boy’s Love, Chiaki Kashima nous offre une lecture tout en douceur, où amour et humour sont au rendez-vous.

    Dans ce one-shot, l’auteure nous plonge dans la quotidien de Hasegawa. Petit ce dernier subissait des moqueries à cause de ses lunettes et avait été injustement rabaissé au titre d’”otaku”. Mais alors qu’il était enfin parvenu au fil des années à s’extraire de cette réputation, le voilà, devenu salaryman, contraint de travailler à Akihabara, quartier geek. Et, la vie faisant bien les choses, notre cher protagoniste qui fuit par-dessus tout tout ce qui lui rappelle son traumatisme d'enfance va faire la rencontre d’un adorable otaku maladroit qui semble bien parti pour ravir son cœur…


    ©Chiaki Kashima/Houbunsha

    Aidé par des dessins très doux, la mangaka nous livre dans ce nouveau one-shot une histoire attendrissante, entre deux hommes complètement opposés mais qui très vite, vont se compléter. Leur relation se met doucement en place, Hasegawa apprend tranquillement à connaître ce monde qu’il avait jusque là tant méprisé et comprend au fil des pages que les sentiments qu’il ressent pour cet adorable otaku au sourire terriblement mignon vont bien au-delà de l’amitié. Et s’il en a conscience dès le début, l’auteure ne se prive pas pour autant de lui mettre des bâtons dans les roues jusqu’à la toute fin de l’histoire ! Un maid café de travestis ? Un frère fudanshi ? Une relation incestueuse ? Entre situations plus cocasses les unes que les autres et quiproquos en prime, pas facile de côtoyer la vie mouvementée d’un Otaku ! Mais Hasegawa ne va pas se laisser démonter, et redoubler d’efforts pour conquérir le cœur de Ayumu, son bel otaku. Un récit très drôle, empreint d’un certain réalisme accentué par les traits de l’auteur, et tout à fait rafraîchissant. Comme je le disais précédemment, si il est absolument certain que ce nouveau titre ne révolutionnera pas le monde du Boy’s Love, on retrouvera d’ailleurs bon nombre de clichés du genre, il est tout autant certain qu’il vous fera passer un agréable moment de lecture aux côtés de personnages aussi attendrissants que loufoques.

    Je salue à nouveau la mangaka, pour avoir une nouvelle fois réussi à créer des personnages plein de sincérité, auquel il est facile de s’attacher et que l’on suit avec plaisir. J’aime la façon dont l’auteure nous dévoile le quotidien, pas toujours facile, d’un homme qui décide de vouer sa vie à sa passion et ce malgré le regard des autres et les difficultés qui se dressent sur son chemin. Et, il faut bien l’avouer, ici en France les otakus on aime bien ça ! Je mettrais même ma main à couper que certains d’entre vous (tout comme moi) se reconnaîtront à un moment ou un autre dans le personnage d’Akiba, que ce soit Akiba Ayumu, l’otaku ou Akiba Satoru, le fudanshi. Et cela ne peut que nous faire tourner les pages avec le sourire. Enfin, je voulais justement faire un aparté sur Satoru, le frère d’Ayumu. Vous apprendrez très tôt que ce dernier est un fudanshi* pur et dur ! Et bon sang, qu’est-ce que c’est rafraîchissant ! Je trouve que la communauté Fudanshi est encore sous-représentée comparativement à la communauté Fujoshi** et pourtant, c’est toujours très amusant de voir ce que peut vivre au quotidien un homme fan de boy’s love ! Et ici, c’est absolument hilarant, Satoru Akiba assume complètement sa passion et ça donne lieu à des scènes très drôles !


    ©Chiaki Kashima/Houbunsha


    Enfin, à la fin du tome nous avons le droit à une histoire bonus entre deux amis d’enfance qui se retrouvent après plusieurs années de séparation. Cette petite histoire était également toute mignonne, agréable à lire et comme bien souvent, on en vient à être déçu que ce soit aussi court !


    *Fujoshi: ici, femme fan de Boy’s Love.

    ** Fudanshi: ici, homme fan de Boy’s Love.

    7

    Imitatia - 17 novembre 2019

    Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Akihabara fall in love T.1 ?
Ecrire une critique