• Critique Le sourire de Mona Lisa par

    Voici venu le 31ème et dernier volume de Young GTO – Shonan Junaï Gumi. Avant de devenir le Great Teacher que l’on connaît, Onizuka et son pote Danma vont nous proposer une sortie pour le moins théâtrale…

    Alors qu’une nouvelle année scolaire va débuter au lycée Tsujido, les première année semblent avoir déserté la réunion d’accueil. Mais lorsque Ryuji et Eikichi arrivent, un groupe d’une vingtaine de ces derniers se présentent comme étant la garde rapprochée du grand Onizuka, et comme étant prêts à partir à la conquête du monde pour lui ! Et leurs actes le montrent : ils sont capables de tout, et l’intervention de Katsuyuki fait prendre à l’affaire des proportions gigantesques…

    Un dernier volume à l’image de la série : beaucoup d’humour, de la baston, des personnages principaux charismatiques (Onizuka en tête)… Tout ce qui a fait le succès de la série auprès des fans est là. Nos deux héros semblent avoir bien grandi depuis le début, et même s’ils sont toujours aussi débiles, leur comportement est plus réfléchi. L’Onibaku Combi nous offre une sortie pleine de classe, en clin d’œil à leur apparition première, et la lecture des dernières pages donne envie de se replonger dans GTO… A noter que la fin du volume est une nouvelle fois consacrée à Bad Company, histoire racontant les premières aventures de l’onibaque.

    Une chose est sûre : entre Bad Company, Young GTO, GTO et désormais GTO – Shonan 14 days, l’épopée de Eikichi Onizuka et Ryuji Danma aura une place à part dans la petite histoire du manga. Cette première longue série de Tôru Fujisawa se révèle être une très bonne surprise, et même si le style graphique un peu vieillot peut choquer, il sied parfaitement à l’ambiance bôsôzoku du titre. Un vrai bon titre, où humour (gras) et baston font bon ménage.

    -

    ivan isaak - 07 août 2009

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Le sourire de Mona Lisa ?
Ecrire une critique