Critique Manga MAO #7

8
MAO

par Auray le jeu. 25 nov. 2021 Staff

Un mystère issu de la terre

Nous avions quitté le tome précédent sur un drôle de mystère. Effectivement, les habitants disparaissaient en laissant une simple motte de terre. Tout de suite, Mao pense à une mauvaise application de la magie ancestrale d'un des membres du clan Goko, et plus exactement, un élève de son ancien camarade qu'il considérait alors comme un frère, un dénommé Daigo.

On explore une nouvelle fois le passé de Mao, mais d'une manière de plus en plus profonde et intime. Car, on retourne carrément à sa petite enfance, où un de ces « frères » donc, a été très protecteur avec lui. Plus précisément, il lui doit tout, sa place au sein du clan, comme le fait qu'il est pu devenir un grand maître onmyo. On précisera ce que ce jeune homme est devenu, et quel est véritablement son rôle dans cette mystérieuse histoire de disparition. Je vous le dis dès maintenant, au final, ça servira surtout de prétexte pour nous expliquer tout ça.

Bien sûr, on continuera à avancer dans la longue trame qu'a su disséminer tout au long des six derniers tomes la grande Rumiko Takahashi. Et on abasourdit tant elle maîtrise son sujet. Jamais un mot de trop, et sa galerie de personnages se renforce encore avec l'arrivée de Natsuno. Déjà, j'adore sa coiffure à la fois moderne et ancienne, de plus, elle n'a pas du tout la langue dans sa poche. De quoi donner encore du fil à retordre à notre ersatz de Byoki, ce monstre qui manipule tout le monde depuis des siècles. On le verra peu ici d'ailleurs. Le calme avant la tempête ?

Car, on part rapidement au combat contre Shiranui. L'eau étant son pouvoir, on va pouvoir y admirer quelques belles planches sur cette thématique. Il faut noter également qu'un autre être domine cet élément, Masago. Ces cheveux de cette femme pourtant décédée remontent jusqu'à la surface. De plus, elle semble liée à Noble Kamon, qui formera pour l'occasion, un duo avec notre immortel préféré. On ira même jusqu'à raconter ce fameux lien avec la dame, qui complète bien évidemment les pages précédentes sur Mao.

Allant d'une quête à une autre sans jamais se perdre, ce dernier tome de Mao prouve que tout ce qui a été expliqué auparavant a été utile. Le scénario n'en devient que plus épais et jouissif. C'est vraiment agréable de voir une série gagner en puissance au fil des volumes. L'inverse est tellement plus fréquent. On n'est plus étonné par le pouvoir de Rumiko Takahashi qui arrive à allier des dessins vintages à un scénario moderne aux diverses ramifications. Bravo pour ce coup de maître !

En bref

« Cette histoire est une véritable tragédie. »

8
MAO
Positif

Un scénario multiple, qui se perd jamais

On se passionne de plus en plus pour les aventures de Mao

Les dessins de la deuxième partie sont exemplaires

Un nouveau personnage féminin pas banal

Negatif

Le mystère du village sert vraiment de prétexte à raconter une autre facette du passé de Mao

Il faut être tout le temps attentif lors de cette lecture

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (633)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire