5
Kimi ga Koi ni Ochiru

par Sherryn le dim. 7 avril 2013 Staff

Si Hinako Takanaga reste au sommet sur le plan graphique, avec un trait splendide et maîtrisé allié à un découpage parfait, sur le plan de l’histoire par contre elle ne nous livre par son meilleur manga, bien au contraire.

Kimi ga koi ni ochiru (déjà, on aurait apprécié une traduction au moins en sous-titre, juste histoire de savoir…) est une histoire en un tome qui se révèle hélas assez fade. La mangaka, qui semble avoir du mal à se renouveler, cède à la facilité des clichés et livre un titre dépourvu d’originalité aussi bien au niveau de l’histoire que des personnages. De plus, l’humour dont elle fait habituellement preuve est malheureusement absent pour une fois, ce qui n’est pas pour le mieux.

Résultat, ce récit aussi improbable que stéréotypé s’avère plat, prévisible, ennuyeux. On parcourt les pages sans passion ni intérêt véritable, en dehors du fait de contempler de jolis dessins. Pour ne rien arranger, le point de vue n’est pas stable et saute d’un personnage à l’autre, ce qui permet de les mettre en avant tous sans en privilégier aucun, mais donne également un rendu décousu perturbant et désagréable à la lecture.

Rapide, peu crédible, voire générant une impression d’instabilité quand on voit la constance des sentiments de Tsukasa en comparaison avec la vitesse avec laquelle Haru fait volte-face, ce manga n’est clairement pas le plus de réussi de Takanaga, qui pourtant sait habituellement nous distraire ou nous éblouir avec un talent hors-pair. On espère la retrouver bientôt en meilleure forme !

En bref

5
Kimi ga Koi ni Ochiru
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire