6
Saint Seiya - The Lost Canvas

par Sherryn le ven. 20 avril 2012 Staff

Cette série avait très bien démarré, puis trouvé au bout de 5-6 tomes son rythme de croisière et une certaine monotonie dans ses phases d'action. Alors que l'on s'approche gentiment mais sûrement du final, l'intensité se voit cependant revue à la hausse, avec des révélations surprenantes et toujours plus d'action. C'est donc avec un plaisir renouvelé que l'on s'attaque à la lecture à chaque nouvelle parution.

Dans ce volume, après avoir dû affronter son père, Tenma se retrouve face à... sa mère. Partita a moins le mérite d'introduire dans l'histoire un nouveau personnage féminin qui a du chien, une adversaire redoutable dont la dangerosité est doublée par l'attachement émotionnel. Si le design n'est guère original, on reste admiratif devant ces scènes de guerriers et guerrière prenant des poses classes et autant de bons sentiments, de buts cachés ou de volontés sans faille (on est à fond dans l'esprit de "Saint Seiya" ou on ne l'est pas).

La lecture conserve une grande fluidité -en sus d'un graphisme détaillé et agréable à l'oeil- et met en scènes des passages intenses et nombre de retournements de situation. En fait, on pourrait justement reprocher à ce tome de tirer un peu trop la corde à ce niveau-là : trop de retrouvailles familiales censées nous tirer les larmes aux yeux, puis des révélations pour nous apprendre le but calculé de Partita lorsqu'elle a connu le père de Tenma, puis encore des révélations pour nous dire qu'en fait c'était pas vrai et que patati patata... À force, ça fait trop. Trop de valeurs retournées trop totalement et à fréquence trop rapprochées ! Le passage se révèle cependant utile puisqu'on voit Tenma acquérir quelque chose d'ô combien précieux pour la suite de la lutte...

La fin du tome nous introduit sur un nouveau combat mettant en scène le chevalier d'or du lion. On nous emmène dans un flash-back à la sauce classique du shônen : on découvre une scène du passé qui nous dévoilera le pourquoi du comment de la détermination du chevalier du lion. On reste dans des histoires familiales, dans des tragédies à vaincre par la force et la détermination, ce n'est pas original mais ça se pardonne parce que ma foi, c'est Saint Seiya, et Saint Seiya c'est comme ça et pas autrement.

On attend de voir ce que réserve le nouveau combat amorcé et ce que va accomplir Tenma face à Alone.

En bref

6
Saint Seiya - The Lost Canvas
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire