6
Hakaiju

par Den d Ice le jeu. 10 nov. 2011 Staff

Shingo Honda, connu en France pour Ping Pong Dash (Doki Doki) nous revient cette fois-ci chez Tonkam dans un registre totalement différent. Hakaiju, classé dans la collection shonen, (Young aurait été plus adapté) nous entraîne dans notre monde, à la différence qu'il est envahie d'étranges et immenses créatures carnivores. Retenez votre souffle, la fin est proche...

Avant l'apparition des horreurs, l'auteur installe la base du fil rouge : Akira et Eiji, sont deux très bons amis. Bien que leur amitié soit sincère, une forte rivalité existe. Elle se traduit dans la pratique du basket mais aussi (surtout devrais-je dire) en amour. Nos deux lycéens sont amoureux de la même fille, Miku, leur amie d'enfance, qui a déménagée il y a deux ans. Leur rivalité est alors exacerbée par l'arrivée de la demoiselle dans la capitale. C'est alors que l'impensable se produit : un fort tremblement de terre qui va tout changer...

Le scénario, bien qu'il n'ait rien d'exceptionnel pour l'instant, captive le lecteur. Étant donné que l'auteur prend le temps d'instaurer pendant 30 pages les principaux protagonistes, ce temps suffit pour s'attacher à eux. Lorsqu'arrive le tremblement de terre, Shingo Honda noircie subitement l'ambiance préalablement installée. Le contraste surprend positivement et pousse le lecteur a en savoir davantage. Ca y est, à ce stade, Shingo Honda vous a attrapé dans ses filets...

Les pages s'enchaînent alors dans ce monde magnifiquement noir. Le graphisme détaillé et propre de l'auteur contribue à l'immersion du lecteur dans ce monde apocalyptique.
Malheureusement l'immersion est par la suite, ralentie. En effet, deux jeunes hommes viennent se greffer à notre héros. Ces personnages s'avèrent détestables et bien trop stéréotypés. Pire, l'attitude de l'un n'est pas en adéquation avec l'ambiance de stress que ressent le lecteur. Heureusement, la personnalité forte de Shirayuki relève quelque peu le niveau.
Autre point noir, la seconde moitié du tome ne fait pas avancer l'intrigue, nos héros se contentent de courir afin d'échapper au danger. Résultat, la pression redescend.

En définitive, on reste quelque peu dubitatif face à ce premier volume. Il existe de bons éléments pour faire de Hakaiju un shonen sombre et efficace, malheureusement, après une forte ascension on a le sentiment que Shingo Honda casse le rythme en décélérant. Pour l'heure, ce premier opus reste sympathique. Point. Espérons que ce ralentissement de second partie soit volontaire et permettra de nous surprendre lors du prochain tome. Affaire à suivre de près.

En bref

6
Hakaiju
Den d Ice Suivre Den d Ice Toutes ses critiques (870)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire