8
Head Trick

par ivan isaak le mer. 3 août 2011 Staff

Web-manga connu d'un bon nombre d'habitués du net, Head Trick arrive en volume relié avec ED Edition, l'éditeur créé pour l'occasion par les scénaristes (E.D) de la série.

Présentée comme un croisement entre Captain Tsubasa et GTO, Head Trick est une série qui devrait redonner un certain crédit au manga "français", hélas peu servi par les productions récentes (Délirium, Element R...) Au crayon, K'Yat effectue une performance remarquable avec un style affirmé et efficace. Difficile d'y trouver de réels défauts une fois que la rétine s'y est habitué.

Côté scénario, pas besoin d'un synopsis alambiqué et prise de tête : Ed est un gros bourrin, qui déteste l'école et encore plus le foot et qui va devoir, à cause de son caractère bagarreur, prendre la relève de la star de l'équipe de son nouveau lycée dans un match capital...

Bourrin, drôle, délirant, caricatural et rythmé : ce premier volume a tout pour plaire au lecteur de shônen, d'autant que le prix et la qualité d'édition sont dans la bonne moyenne du marché. On regrettera 2 petits points : la police d'écriture du titre sur la jaquette, qui ne rend pas très aisée l'identification de la série, et la page de remerciements des auteurs, qui fait la part belle aux sites de scantrad...

Le manga français n'avait pour l'instant pas vraiment de références. Reno Lemaire s'en sort plutôt pas mal avec Dreamland, SHONEN a démontré des qualités avec BB Project mais surtout Omega Complex, séries malheureusement inachevées, mais l'ensemble restait jusqu'à présent assez pauvre. Avec Head Trick, nous tenons peut-être enfin un titre fédérateur pouvant servir à la promotion du genre. Même si, comme toujours, le plus dur sera de confirmer...

En bref

Bourrin, drôle, délirant, caricatural et rythmé : ce premier volume a tout pour plaire au lecteur de shônen et pour devenir une référence du manga "à la française". Un très bon premier volume.

8
Head Trick
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire