5
Tripeace

par ivan isaak le jeu. 14 oct. 2010 Staff

Nana est donc envoyé par erreur en mission pour arrêter la guerre de Konpako, guerre entre les pays de Kongô et Pakon. Shiro, à laquelle la mission était normalement assignée, se lance à la recherche de son coéquipier…

Le prince de Kongô et la princesse de Pakon ont décidé chacun de confier le rôle de médiateur à Nana (transformé en Nanako) et à Shiro. Une rencontre est donc organisée entre les deux jeunes souverains afin de mettre un terme au conflit entre les deux nations. Souhaitant avant tout protéger leur peuple, le prince et la princesse parviennent à un accord aboutissant à un cessez-le-feu... Mais un évènement imprévu se produit au pire moment.

Suite et fin de la première mission de notre héros dans ce 3ème volume de Tripeace. Pas de réels bouleversements ici, où les bons sentiments sont toujours de mise. On pourrait même déjà parler de routine puisque, pour la troisième fois déjà, Nana se travestit en Nanako pour impressionner la princesse de Pakon… Cela commence à faire beaucoup et les allusions sur le physique androgyne du jeune homme commencent à fatiguer. Si l’on ajoute à cela la touche de fan-service « de rigueur », Tripeace ne dégage décidément pas grand-chose de neuf. On notera tout de même le retour au centre du récit de l’eau étoilée ainsi que de l’armée de Xyece, toujours grand méchante de l’histoire. Et le personnage de Shiro semble encore cacher 2/3 mystères qu’il serait intéressant de dévoiler rapidement. Par contre, rien de nouveau concernant l’organisation de Tripeace, hormis le fait qu’ils sont plus considérés comme des terroristes que comme des sauveurs.

Poursuivant sur la même ligne directrice que les 2 premiers tomes, ce troisième volume de Tripeace commence déjà à installer une forme de routine avec le recours régulier aux mêmes mécanismes scénaristiques. On attend beaucoup plus de la suite, d’autant que certains passages sont plutôt réussis.

En bref

5
Tripeace
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire