Critique Manga Gosick #1

5
Gosick

par Skeet le dim. 10 oct. 2010 Staff

Gosick se présente comme un manga policier mais avec la particularité de flirter avec le fantastique.
En effet, ce qui fait l'originalité du manga est le personnage de Victorica autour duquel flotte un gros mystère. On ne sait pas vraiment qui elle est mais ce qui est sûr, c'est qu'elle semble tout savoir sur tout...pratique quand on veut résoudre des enquêtes.

Au départ, on a du mal à définir le genre de ce manga. Même si on bascule rapidement dans le genre policier, l'ambiance qui règne est plutôt de l'ordre du mystique.
L'enquête est assez intéressante mais plutôt décousue pour le moment. Reste à savoir si le manga va rester sur ce fil conducteur jusqu'au bout ou si nous allons avoir droit à une ou plusieurs enquêtes par tome.

Le personnage principal Kujô Kazuya s'avère être peu intéressant et de toute manière, ce n'est pas lui le vrai héros.
Il est là pour essayer de faire la lumière sur certains éléments de l'enquête mais ce n'est pas lui qui mène la danse mais plutôt Victorica.

Une pointe d'humour est apportée par le personnage de l'inspecteur Blois avec sa mèche folle et son ignorance du métier mais globalement le manga est assez sérieux.
On notera également des mimiques plutôt marrantes de la part de Victorica qui est adepte de bonbons et autres biscuits apportés par notre héros.
Le dessin reprend par moment les codes du Shôjo et c'est globalement réussi. Les visages des personnages sont assez poupons mais sympathiques.

Gosick laisse pour le moment une impression mitigée : l'ambiance créée est vraiment intéressante et on se laisse facilement embarquer mais c'est pour le moment trop léger côté enquête policière.
De plus, le personnage principal manque cruellement de charisme et au final on se dit parfois qu'il ne sert pas à grand chose.
Quelques idées intéressantes qu'il faudra développer dans le deuxième tome pour pouvoir réellement séduire.

En bref

5
Gosick
Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (665)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire