4
The Sacred Blacksmith

par ivan isaak le sam. 19 juin 2010 Staff

Grâce à l’aide de Luke et de son katana, Cecily réussit à se sortir des griffes d’un démon invoqué via un pacte démoniaque…

De retour chez elle, Cecily apprend que les brigands qu’elle vient d’affronter avaient pour objectif de s’emparer de Aria, une épée enchantée se présentant sous la forme d’une jeune fille. Cécily a par ailleurs toujours comme objectif d’obtenir de Luke un katana forgé par ses soins… Alors que la vente aux enchères à laquelle doit participer Aria commence, un démon créé par pacte démoniaque attaque l’assemblée…

Après un premier volume qui peinait à poser les bases du récit, on attendait de ce second tome qu’il passe à la vitesse supérieure et nous donne enfin de quoi satisfaire notre curiosité. Loin d’atteindre cet objectif, le deuxième volume de The Sacred Blacksmith déçoit encore plus que son tome d’introduction en nous narrant l’histoire d’Aria, d’une banalité affligeante et sans la moindre once d’originalité. Ajoutons à cela des dizaines de pages de fan-service hors de propos (on se retrouve dès la première page de ce volume avec une enfant nue…) avec sorties shopping et amitiés féminines d’une naïveté flagrante et Kôtarô Yamada nous offre un second volume de piètre qualité. Le dessin est classique, sans grosse fausse note mais sans réel plus. Une seule chose sauve pour l’instant le titre : le personnage de Luke apporte beaucoup à l’histoire et le fait que ce dernier n’apparaisse que très peu dans ce tome n’est pas étranger à l’impression négative qui ressort de sa lecture. On notera néanmoins qu’il serait également appréciable que les allusions sur le tour de poitrine de notre héroïne se fassent moins fréquentes lors des scènes entre Luke et Cecily. Concernant l’histoire de fond du titre, il n’y a bien entendu absolument rien à se mettre sous la dent pour l’instant hormis un mystérieux méchant transformant de pauvres hommes en démons via des pactes démoniaques… même si, pour l’instant, seule une épée fabriquée par Luke intéresse Cécily… Finalement, seuls les bonus concernant les katanas parviennent à capter l’attention du lecteur. Enfin, si celui-ci est intéressé par le sujet…

Alors qu’un quatrième tome devrait sortir au Japon d’ici la fin de l’été, The Sacred Blacksmith s’avère après ces 2 premiers volumes un véritable pétard mouillé. Même si sa lecture n’est pas un calvaire, elle n’apporte rien et peine à réellement distraire. Sans la moindre originalité, rien ne permet à la série de sortir du lot à l’heure actuelle. Un coup d’épée dans l’eau…

En bref

4
The Sacred Blacksmith
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire