8
Josh

par Craqui le dim. 14 août 2016

Après plusieurs années à écumer le marché français du yaoi, j’ai des fois l’impression d’avoir fait le tour. D’avoir besoin d’autres lectures. Alors, quitte à lire une histoire gay, autant ouvrir mes horizons. Lire du M/M, et surtout, quelque chose qui m’intriguait depuis belle lurette : lire une romance gay écrite par un homme.
Les dessins du premier tome sont agréables à regarder, bien qu’encore un peu hésitant. Les années séparant les deux volumes se ressentent donc encore plus lors du second et dernier volume actuellement sorti. Le chara-design y est plus affirmé, et je l’aime d’ailleurs de plus en plus au fil des pages ! L’inspiration japonaise mais aussi américaine digne des cartoons avec les chibis des différents personnages est vraiment top, j’ai bien rigolé face à la tête de certain !
L’histoire est elle aussi agréable. On est sur un petit tranche de vie nous entrainant dans la vie de Josh, un petit con (désolé Josh, mais si !) trop sûr de lui. Il enchaine les conquêtes d’un soir, et s’en vante sans problème. A côté de ça, on a le doux/gentil/mignon Yuri trop sympa qui se laisse quasiment marcher sur les pieds. Le début d'histoire est, selon moi, très chaotique, et m'a clairement perdu. J’ai eu du mal à comprendre où les premières pages voulaient en venir (est-ce que ce titre serait une œuvre fantastique ? Avec de la magie ?) Néanmoins, la suite rattrape le reste, et surtout, m'a donné envie de découvrir le troisième tome. Est-ce que la relation entre les deux va se diriger vers quelque chose de plus concret ? Est-ce que Josh va arrêter ses coups d’un soir ?
En conclusion, Josh, c’est une histoire au scénario pourtant simple, mais bien racontée. Et ça, ça fait tout. Je suis entrainée par le caractère de Josh, et je ne peux m’empêcher d’espérer le voir tomber dans son petit pied d’escale. De plus, il s’agit d’une production française, et rien que pour ça, je dis OUI !

En bref

8
Josh
Craqui Suivre Craqui Toutes ses critiques (15)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire