Critique Manga Insomniaques #12

8
Insomniaques

par Tampopo24 le ven. 21 juin 2024 Staff

Amitiés estivales

Quelle peintre des atmosphères
cette Makoto Ojiro. A chaque tome, je suis soufflée par la façon dont
elle capture les moments, les instants et ça ne retourne le coeur.

A l’image de cette couverture très
chaleureuse et estivale, nous allons suivre notre petit couple dans leur
dernier été tranquille avant d’avoir à prendre des décisions,
l’occasion parfaite pour profiter de ce que cette saison a à offrir,
comme les célèbres festivals estivaux réputés jusqu’en Europe. L’autrice
nous propose donc de les suivre le temps d’une soirée magique avec
leurs amis, une soirée où chaque temps est posé à travers l’appareil
d’Isaki et les pinceau de la mangaka, pour un rendu magique. On partage
ainsi nous aussi l’éphémérité et la magie de ce moment, son côté
traditionnel mais aussi actuel avec cette bande d’amis dont on ressent
parfaitement les sentiments chaleureux les uns envers les autres, et
leur amusement et joie de vivre est ainsi des plus communicatives. Ils
se construisent des souvenirs en direct devant nous ! Que j’aime la
magie de ces instants si simple mais rendus inoubliable par l’autrice.

Le retour à la réalité est ainsi atténué,
et l’autrice le fait très bien avec un joli diorama des saisons qui
passent avant de reparler de nouveaux sujets qui fâchent. Elle fait
évoluer son couple tout en montrant son absence de changement et donc sa
solidité dans le temps. Ils sont littéralement fait l’un pour l’autre,
sans chichi ni exagérations, juste comme ça, simplement. Les questions
qu’ils se posent sont donc évidentes et naturelles, elles aussi : que
faire après le lycée ? où ? ensemble ou pas ? Et les points de tension
sont logiques aussi : que faire par rapport à la maladie d’Isaki ?
comment vaincre la réticence de sa mère inquiète ? Il n’y a ici aucun
mélodrame exagéré, tout sonne simple et juste dans la façon dont les
questions sont abordées. L’autrice se sert avec simplicité mais magie de
ce quotidien qu’ils vivent chaque jour au détour d’un couloir de lycée,
d’un hall d’hôpital, d’une vitrine d’agence immobilière. Et ainsi peu à
peu, ils se construisent, naturellement et simplement. C’est juste beau
et touchant.

En bref

Avec une justesse et une simplicité rare, Makoto Ojiro continue de bâtir ici probablement l’une des plus belles et sobres relation adolescente que j’ai pu lire. En peintre des atmosphères, elle saisit avec magie chacun des petits instants simples qu’ils vivent pour les amener à grandir sans chichi, entourés d’amour et d’amitié, dans un cadre chaleureux et rassurants qui les aide à se construire. C’est simple, c’est beau, c’est magique et cette manière qu’elle a de capturer sobrement cela sous ses crayons me va droit au coeur !

8
Insomniaques
Positif

la magie de capturer les instants

un couple qui avance avec simplicité mais assurance

des questions importantes traitées sans drame

de l'amitié, de l'amour

une belle image de l'été

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1730)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire