8
Saotome

par Auray le mar. 15 juin 2021 Staff

Deuxième round !

Après une couverture qui mettait en avant les muscles de Saotome, le deuxième tome permettra d'admirer cette fois toute la féminité de celle-ci. Seul la chemise, légèrement ressortie de la jupe, permet de voir son physique hors norme. D'ailleurs, s'il n'y avait pas de gag derrière la surcouverture la dernière fois, c'est chose faite dès à présent, avec quelques cases spécialement conçues pour la Saint Valentin. Ne les loupez pas, c'est vraiment tordant ! En tout cas, ça m'a rappelé mon footing de ce matin !

Ici, on n'attendra pas de lire douze mangas pour voir enfin nos deux héros en couple. Bon, le baiser, ce n'est pas pour si tôt non plus, mais les choses vont se bousculer grâce à Mito. Celle-ci a vu leur petit manège assez rapidement, et compte bien s'en amuser. Mais, la révélation de leur secret peut vraiment mettre en péril leurs tranquillités ainsi que le futur tournoi interlycée, puisque les administrateurs veulent tout faire pour que la boxeuse se concentre exclusivement aux rings, quitte à détruire sa toute jeune vie amoureuse. On a donc deux obstacles à franchir dorénavant !

Bon, il faut avouer que Mito sert surtout à faire avancer ces deux timides dans la même direction. On découvre encore que Naoki Mizuguchi sait dessiner la jeune héroïne de la plus belle des manières. Une robe de bon goût suffit, mais attention à ne pas aller dans les extrêmes ! D'ailleurs, Saotome ne se laissera pas faire non plus !

Sinon, son chéri commence à prendre à cœur son rôle d'entraîneur. Le coach a eu du flair en mettant son plan à l'oeuvre. C'est-à-dire les rapprocher par le biais du sport tout en prétextant que c'est pour pouvoir en fait flirter discrètement. Malin !

On apprécie de voir tout ce petit monde s'agrandir, comme Fuki, un autre qui porte les fameux gants rouges, et, qui permettra de donner le change lors de certains épisodes. Je pense que c'est un personnage à surveiller de près. Même la mère et le jeune frère de la jeune fille sont au programme... et on peut dire qui se ressemble, s'assemble, sur ce coup-là ! On finira par visiter aussi la fameuse maison familiale et, plus précisément, la chambre de l'adolescente qui traduit bien sa personnalité multiple. Vous allez vous arrêter à ce moment-là pour en admirer chaque indice.

La deuxième partie quitte la cour du lycée pour passer au fameux stage d'entraînement que l'on voit toujours dans les mangas sportifs. Ici aussi on aura une nouvelle figure emblématique qui intervient, et c'est Wakano cette fois-ci. Il s'agit en fait d'une amie d'enfance de Satoru du club de boxe, et elle paraît bien trop proche de lui pour sa petite amie qui a à présent la rage au fond d'elle. Au final, ces nouvelles épreuves vont les rapprocher un peu ou pas ? On se le demande ! Le dernier chapitre répondra à cette question.

Vous l'aurez compris, après un tome plus introductif, on passe aux choses sérieuses avec ce deuxième tome de la série où pléthore de figurants fait bien avancer la trame principale, voire même, va nous donner des scènes burlesques très agréables. Décidément, Saotome pourrait être mis à côté d'un « Happy ! » de Naoki Urasawa ou d'un « Touch », de Mitsuru Adachi, car sous fond de boxe, on a bien une comédie romantique atypique, et ceux, grâce à des jeunes qui changent la norme, aussi bien physiquement qu'intellectuellement. Bravo sensei Mizuguchi !

En bref

« Ils sont vraiment pas possible, ces deux-là... »

8
Saotome
Positif

De nouveaux personnages apparaissent pour plus de dynamisme

On apprécie toujours autant les différentes facettes de Saotome

On commence à se pencher un peu plus sur le passé de Satoru

On admire bien les détails des dessins de l'auteur (les scènes de ring, le train, la chambre... )

Negatif

Une lecture très rapide malheureusement

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (551)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire