8
Eveil

par P'tit Citron le mar. 8 juin 2021 Staff

Un ouvrage à contempler

Deux ans après sa sortie à l'occasion du 46ème Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême, je découvre Éveil. C'est également ma première lecture de l’œuvre du maître Taiyô Matsumoto, et ce ne sera certainement pas la dernière.

Éveil met en scène une poignée de personnages, parmi lesquels se trouvent les frères Yuri et Tsubaki de la famille des sculpteurs. Cette dernière œuvre avec les danseurs afin de gagner la protection des esprits pour leur peuple. Yuri, l'aîné, est un sculpteur de génie capable de voir et de communiquer avec les esprits, tandis que Tsubaki n'a rien de tout cela. Pourtant, c'est ce dernier qui est choisi comme relève de son père. En cause, Yuri est incapable de sortir de chez lui...

On tient ici un récit très court, qui se résumerait en quelques lignes, mais qui tire sa grandeur et sa profondeur de ses dessins. Ils sont empreints de poésie ; emplis de détails et d'attentions, tout en laissant une grande place à l'interprétation. Le découpage très ordonné, laissant transparaître les inspirations franco-belges de l'auteur, fait contre-pied avec le trait libre et éparpillé de celui-ci. Le tout crée une atmosphère unique et envoûtante.

Arrivé à la fin du livre une vingtaine de minutes seulement après l'avoir ouvert, je  gardais un sentiment de confusion ou d'insatisfaction, comme si j'avais sauté des pages. Je suis donc immédiatement retourné au début pour une seconde lecture, et c'est là que j'ai pu apprécier l’œuvre à sa juste valeur. Il est nécessaire de s'immerger profondément dans l'histoire et de prendre le temps de mesurer sa richesse.

En bref

Pas besoin de fine analyse pour comprendre la renommée de Taiyô Matsumoto. Avec Éveil, il propose un récit empli de poésie, à la richesse visuelle sans pareil. À prendre le temps d'apprécier !

8
Eveil
P'tit Citron Suivre P'tit Citron Toutes ses critiques (189)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire