7
Black Butler

par Suiginto le lun. 20 oct. 2014 Staff

Au Weston College, le tournoi de cricket se poursuit! Et au-delà d'une réputation de joueur de haut-niveau, Ciel guette surtout une victoire lui permettant d'accéder au fameux "thé de minuit", afin de rencontrer le mystérieux principal de l'école, et de découvrir la vérité sur les étudiants disparus...

Finalement ce dix-septième volume de Black Butler ne boucle toujours pas l'arc narratif en cours, on s'arrête même en plein cliffhanger, au moment où des révélations permettaient enfin à l'intrigue de décoller!
Le lien avec de précédentes aventures de Ciel et de Sebastian est d'ailleurs bien trouvé (même si à force on le voyait un peu venir).

Le reste du tome en tout cas, avant de nous mener à cette chute horrifique et pleine de tension, est plus convenu. On apprécie néanmoins les nombreuses touches humoristiques et les savoureuses stratégies déployées par nos héros pour parvenir à leurs fins...!
Yana Toboso nous propose un arc sportif à la sauce shônen, en développant à sa manière les personnages, à travers une décomposition drôle et volontairement exagérée des manches et des tactiques. Malgré tout, l'ambiance est touchante, entre coups bas et fair-play, et la conclusion pleine de panache!

On se délecte toujours des graphismes et de la mise en scène de la relation si particulière entre le comte et son majordome, particulièrement dans les dernières pages, pleines d'action. Tout ça nous promet d'ailleurs une suite des plus passionnantes!

L'édition de Kana est toujours aussi soignée, avec une page en couleur comme d'habitude, et la surprise habituelle sous la jaquette. A ce propos, le bonus de fin de la mangaka est lui aussi hilarant!

Alors que l'on rattrape peu à peu la parution japonaise, il faudra patienter jusqu'en février 2015 pour découvrir la suite de cette série fantastique originale et captivante, qui devrait continuer de combler les fans de la première heure!

En bref

7
Black Butler
Suiginto Suivre Suiginto Toutes ses critiques (720)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire