8
Shi Ki

par ivan isaak le lun. 26 juil. 2010 Staff

Les morts se succèdent dans le village de Sotoba et la menace d’une épidémie commence sérieusement à poindre et à inquiéter le docteur Ozaki et le bonze Muroi.

Alors que les morts s’enchainent encore et encore et touchent de plus en plus de gens autour de Natsuno, ce dernier a l’étrange sensation que Megumi, récemment décédée, l’épie encore secrètement… Un rêve étrange où il voit Megumi tenter de mordre Tooru augmente ce sentiment de panique qui commence à s’amplifier… Le docteur Ozaki décide de convoquer le personnel de la clinique afin de leur faire part des derniers éléments découverts concernant les récents évènements ainsi que du fort soupçon d’épidémie…

Comme dans le premier volume, ce second tome voit se multiplier les personnages et les morts. Une véritable hécatombe, et comme dans le premier tome, les personnages « principaux » ne semblent pas à l’abri de cette « épidémie ». Alors que les soupçons sur les nouveaux arrivants se font de plus en plus présents, la nature de l’épidémie, tout du moins son mode de transmission, commence à apparaitre plus clairement. L’ambiance lourde, remarquablement servie par le graphisme de Ryu Fujisaki, est régulièrement détendue par des passages plus humoristiques, basés sur des dessins dans un style très proche du SD. Mais l’atmosphère n’en demeure pas moins oppressante et c’est avec fébrilité que le lecteur attend le prochain tome de la série tant aucun personnage ne semble réellement à l’abri d’une disparition soudaine…

Plongeant toujours son lecteur dans une ambiance sombre et pesante, Shi Ki continue à intriguer tout en distillant quelques informations sur l’origine de l’épidémie touchant le village… Servi par un graphisme au diapason, le début de cette série est très prometteur et passionnant. A suivre de près.

En bref

Un début prometteur et intrigant. Une atmosphère lourde, pesante, servie par un graphisme au diapason. A suivre de près.

8
Shi Ki
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire