Critique Manga Aozora Yell #9

7
Aozora Yell

par Tampopo24 le ven. 12 août 2022 Staff

La force de la musique

Comme ses héros malgré le manque de succès en France, la série résiste et fait face avec courage, l'éditeur continuant à nous en proposer un tome de temps en temps à un rythme malheureusement ralenti.

Pourtant la série porte de belles valeurs. Dans ce tome, l'héroïne et ses collègues musiciens vont nous montrer toute la force de la musique dans l'adversité. En effet, un drame va se produire et Daisuke va se retrouver blessé à la cheville, l'empêchant de jouer pendant un long moment, alors qu'il était peut-être au pic de son jeu. Dur dur. Pour le soutenir, Tsubasa va alors avoir l'idée de lui offrir une composition de la fanfare car comme le dit si bien Mizushima : "La musique peut devenir une force. Une belle interprétation résonne dans le cœur des gens.".

Cependant ce drame ne sera pas la seule complication du tome. Les tensions grouillent dans le club de musique de Shirato et en particulier dans le pupitre des trompettes. Les secondes années (= classe de Première en France) cherchent à imposer leur autorité d'aînées et en ont marre des passes droits des plus jeunes. Je trouve franchement ces filles détestables et j'aime assez qu'on ose remettre en question cette règle idiote qu'on doit le respect à ses aînés sans qu'on parle de la réciproque. Ici, ce sera le talent qui fera foi ainsi que la persévérance et je préfère largement ces valeurs-là. Alors bien sûr, l'autrice nous enrobe tout cela dans un discours un peu gnian gnian où il faut tous avancer en unissant ses forces et parler d'une même voix, mais dans la vie, ce n'est pas comme ça que ça marche et ce serait plus honnête de remettre ces filles à leur place !

Romance, sport et musique font donc toujours bon ménage dans cette bluette lycéenne. Si je regrette un baseball toujours autant en retrait pour rapport à la musique et avec des termes assez approximatifs en terme de traduction, ne correspondant pas au credo, j'apprécie de voir la vie de ses lycéens dans le cadre scolaire et extra-scolaire de leur club. C'est beau de voir des jeunes aussi emportés par leur passion et avec l'envie de former des groupes soudés, se soutenant les uns les autres.

En bref

Bien que discret, Aozora Yell est donc un joli shojo plein de belles valeurs qui, malgré quelques mélodrames pas toujours bien sentis, met du baume au coeur au lecteur nostalgique de ces années-là.

7
Aozora Yell
Positif

Un titre plein de beaux sentiments

La passion des héros

L'amitié qui les lie

De jolies émotions grâce à la musique

Un beau portrait des lycéens au sein de leurs clubs

Negatif

Des mélodrames maladroits

Des émotions parfois surjouées

Un groupe de filles de seconde année détestable

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (856)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire