Critique Manga Babel #1

8
Babel

par MassLunar le jeu. 11 août 2022 Staff

Quand le palimpseste dévoile et révèle...

Babel s'annonce comme une série envoûtante, délicatement perchée, un curieux mélange entre un récit de sf à la sauce K.Dick, un hommage appuyé aux livres et au savoir que procure la lecture et une bonne touche d'ésotérisme...

Signé Narumi Shigematsu ( Running girl , A nos fleurs éternelles) , cette série en cinq volumes est une étrange et agréable surprise. Emmené par le dessin aérien et gracieux de la mangaka, Babel nous conte l'histoire futuriste d'un monde dans lequel les livres ne sont plus que données et fichiers numériques conservés dans une vaste bibliothèque virtuelle au doux nom de Bibliotheca. 

Les livres-papiers n'existent pratiquement plus mais pourtant le savoir continue de se transmettre jusqu'au jour où un mystérieux bug commence peu à peu à ronger les données numériques. Olsen est un jeune homme qui a hérité de la passion de son père pour les livres. Suite à un terrible évènement durant son enfance, il a décidé de devenir un restaurateur et de résoudre ces mystérieux bugs menaçant tout le savoir accumulé par l'humanité...

Après une entrée en matière inquiétante qui nous plonge directement dans le Moyen-Age, Babel nous entraine dans un délicat récit de sf qui n'abuse pas des effets grandiloquents mais propose une vision plus d'anticipation autour du devenir des livres désormais accessibles par réseau virtuel. Avec sensibilité, Narumi Shigematsu nous fait d'abord partager son amour pour les livres à travers l'enfance et donc l'innocence de notre héros avant d'y ajouter une bonne dose de mystère et d'enquête autour d'un mystérieux ouvrage qui provoquera un évènement dramatique. 

L'intrigue se mue en une enquête fantastique et inquiétante aux frontières à la fois du numérique et de l'ésotérisme. Une combinaison qui aurait pu être bancale mais que la mangaka parvient à maîtriser grâce à son style élancée et gracieux , un style qu'on pourrait juger de fantomatique et qui colle parfaitement avec cette figure ésotérique qui vient surgir des vastes réseaux virtuels.

Une ambiance fantomatique et transparente que nous retrouvons jusqu'à la première de couverture qui est elle-même perçu comme un palimpseste avec ce dessin qui semble surgir de la page. Un joli coup visuel. 

Assez prometteur, attendons tout de même le second tome pour voir dans quelle direction la mangaka souhaite nous emmener, le second tome confirmera (ou pas) la bonne qualité de cette œuvre  mais toujours est t-il que ce premier tome de Babel est une curiosité des plus intéressante, un imaginaire intelligent et réfléchi dans lequel il ne faut pas hésiter à allez se perdre..


En bref

Un début de série attrayant, énigmatique, tout simplement très bon dans son curieux mélange de genres et ses propos intéressant quant à la numérisation du savoir. On prend et on perd un peu ses repères dans ce titre fantomatique , troublant et remarquable de Narumi Shigematsu.

8
Babel
Positif

Un équilibre réussi entre science-fiction et ésotérisme

Un style fantomatique et gracieux parfaitement à propos

Un début de sérieux captivant et troublant

Negatif

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (388)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire