Critique Manga L'Oxalis et l'Or #5

7
L'Oxalis et l'Or

par Tampopo24 le dim. 23 janv. 2022 Staff

Esclavagisme et désir de liberté

J'avais laissé Amelia et Connor à leur aventure pour se rendre dans le Far West et y trouver la richesse. Je les retrouve en cours de chemin avec de nouveaux compagnons, se frottant à la réalité de l'Amérique profonde, celle loin des grandes villes. Oeuvre classique permettant au lecteur de parcourir ces grandes étendues, L'oxalis et l'or offre aussi un portrait historique intéressant de l'Amérique du XIXe siècle.

Dans ce tome qui se découpe en deux parties distinctes et se termine un peu rapidement pour laisser place à une histoire courte pas inintéressante mais frustrante, j'ai pris plaisir à retrouver notre duo. Eiichi Kitano revient longuement dans un premier temps sur le drame de l'esclavage. En se plaçant dans une plantation différente des autres où le maître traite ses esclaves avec humanité afin d'obtenir un havre paix, le mangaka détonne. Il ouvre de nouvelles perspectives aux lecteurs et insiste d'autant plus sur les horreurs que ces hommes et femmes subissent ailleurs mais également sur l'importance de la simple notion de liberté même quand on est traité humainement. En effet, il ne suffit que pendant une génération un homme les traite bien pour que ça résolve tout. L'esclavage a à être aboli et j'ai beaucoup voir cela dans l'oeuvre à travers le personnage de Ross, cet esclave en fuite, pour qui la liberté est si importante.

D'ailleurs à travers ce biais, l'auteur se permet de revenir également sur la relation qui noue Amelia et Connor, une relation de dépendance où peut-être chacun doit gagner sa liberté pour mieux s'épanouir. En cela, ça m'a plu que la seconde partie offre de voir Amelia sans lui, avec Isaiah, cet homme terriblement excentrique qui la bouscule. Avec lui, la voilà repartie sur les routes, plus précisément à Cincinnati d'où ils comptent bien poursuivre leur chemin vers l'ouest. C'est un duo détonnant aux côtés duquel nous poursuivons nos découvertes sur ce que ça signifiait d'être des pionniers et d'entreprendre un tel voyage. Le ton est léger, humoristique, mais le fond est sérieux, lui, que ce soit dans la recherche d'un nouveau camarade, des conditions pour rejoindre une caravane, dans la constitution du trousseau pour faire le voyage, ou quant à la façon de gagner rapidement des sous. L'auteur se sert vraiment habillement de détails historiques précis, rendant son décor vraiment réaliste par moment, comme lors de la confection des beaten biscuits. J'aime apprendre ainsi.

L'aventure est donc toujours au rendez-vous dans cet univers âpre et rude et l'auteur enrichit sans cesse sans univers, en nous faisant aller d'un lieu à l'autre, lieu reculé ou ville, en nous faisant faire de nouvelles rencontres, ingénieur, aventurier ou professeur. C'est vraiment riche et plaisant à lire malgré l'ambiance parfois pesante du contexte où cela se déroule. C'est un bon mélange.

En bref

Sortant de plus en plus discrètement au milieu des autres titres, L'oxalis et l'or a pourtant de bien belles qualités qui s'affirment au fil des tomes après des débuts un peu maladroits et criards. Son traitement fin et nuancé de l'esclavagisme dans ce tome m'a vraiment plu, tout comme la poursuite du voyage des héros et le flashback sur la vie de Connor, Amelia et leur ami Kyle, en Irlande. Une série qui gagne à être connue.

7
L'Oxalis et l'Or
Positif

Une série entre aventure, humour et rude contexte historique

Une première partie fine et nuancée sur l'esclavagisme

Un grand désir de liberté et pas seulement de nom

La découverte de l'Amérique d'autrefois avec un décor historique juste

Une oeuvre sombre et âpre qui n'oublie pas d'être parfois drôle

Un duo détonnant avec Amelia et Isaiah

Negatif

Encore un peu criard parfois

Un humour parfois mal à propos

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (796)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire