8
The Kingdoms of Ruin

par Auray le lun. 25 oct. 2021 Staff

C'est une histoire qui finira mal

The Kingdoms of ruin avait vraiment titillé ma curiosité. Je ne suis certes pas très calé en dark fantasy, pour autant, je pense savoir quand il s'agit d'une œuvre qui pourrait plaire à plus d'un, et l'antihéros, Adonis, fait partie de ceux-là. C'est un peu le Dark Vador de cette histoire, sauf que lui, il est contre l'empire, ici appelé Rydia. Il ne fallait pas toucher à sa princesse, pardon, à sa sorcière favorite. C'est dans un état complètement désespéré que nous le retrouvons entre ces pages... l'heure de la vengeance a sonné !

Mais avant toute chose, on passe en quelques pages par le passé de Doroka. C'est là que l'on voit le talent à la narration de l'artiste, car c'est en seulement dix planches qu'il arrive à la fois à faire passer l'émotion, tout en nous ramenant au sujet principal. Un grand bravo à maître Yoruhashi !

De plus, la suite continue le spectacle avec des scènes grandioses, après celles, plus intimistes. On s'éclate et on prend plaisir en même temps qu'Adonis de voir sa vengeance enfin arriver à son terme. Il arrive facilement à semer la zizanie dans les troupes adverses à l'aide d'une force travaillée auparavant, tout seul, dans son coin... et le résultat est vraiment incroyable ! Chloé doit bien se marrer dans l'au-delà... ou alors, il fait fausse route ?

C'est alors que l'histoire prend un tour incroyable. On se doute un peu du subterfuge, pour autant, c'est vraiment bien tourné, de sorte que sur le coup, ça surprend drôlement. Épatant ! La suite l'est tout autant, et, fini cette grande introduction en deux tomes qui reste vraiment rythmée et bien foutue. Vous saurez à présent tout ce qu'il faut savoir pour poursuivre cette œuvre sous les meilleurs auspices.

On espère à présent que la suite le sera tout autant ! Car franchement, on a envie d'en savoir un peu plus sur le futur parcours de cet homme qui a tant souffert, mais, qui a peut-être commencé à voir les choses autrement. Ça ne veut pas dire qu'il faut laisser ce monde tel quel ! Il faut noter également que les femmes ont de l'importance dans ce manga, et ça fait du bien. Elles apportent beaucoup au récit, grâce à des rôles pas si secondaires. La suite nous confirmera ou non si c'est à mettre dans toute bonne bibliothèque, en attendant, ses deux premiers tomes valent vraiment le coup d'oeil.

En bref

« Je déteste... me sentir redevable envers qui que ce soit. »

8
The Kingdoms of Ruin
Positif

Adonis, le héros que l'on aime détester !

Le souvenir de Chloé

Le passé de Doroka

Ce monde sombre et cruel

Les dessins se sont un peu améliorés

Le scénario est surprenant sur le coup...

Negatif

… mais un peu moins qu'on y réfléchit après coup.

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (609)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire