9
Aozora Yell

par Niwo le lun. 12 avril 2021 Staff

A la poursuite de nos rêves

Depuis le début de l’année, Panini sort de nouvelles éditions de certaines séries stoppées par le passé. C’est notamment le cas d’Aozora Yell, un Shôjo terminé en 19 tomes au Japon qui avait été stoppé au tome 5 en France. Un titre mignon en apparence qui se veut bien plus profond qu’on ne pourrait l’imaginer.

Cela se confirme dans ce tome 2, notamment grâce aux pensées de l’héroïne Tsubasa. Avec son club, elle participe à un stage de trois jours qui va lui permettre de se lier d’amitié avec certains membres et prendre confiance en elle-même. En étant toujours en retrait, il ne lui était pas possible de se concentrer sur l’essentiel et se lier avec d’autres personnes. D’autant plus qu’en créant ces liens, elle trouve de nouveaux compagnons d’entraînement et va améliorer son niveau en trompette.

Comme toujours, son rêve est mis au premier plan lorsqu’on suit son évolution et c’est quelque chose qui me fait extrêmement plaisir car on sort du schéma type du Shôjo où la romance prime au détriment du reste. C’est sa volonté et celle de Daisuke qui font la force du titre pour l’instant. Ils font face à des obstacles qu’ils vont devoir dépasser pour atteindre leurs objectifs. En prenant conscience de leurs propres faiblesses, ils seront en mesure de progresser encore et encore.

Dans ce deuxième tome, on sent que Tsubasa prend en assurance et parvient à assumer plus librement ses choix, ce qui fait d’elle un personnage principal très intéressant à suivre, surtout pour du tranche-de-vie. Elle chute mais se relève toujours et finit par comprendre ce qui ne va pas et réagir en fonction. Et c’est en partie ce qui est prenant dans ce titre, on pourrait penser que ce n’est pas un titre Shôjo en soit. Cela pourrait même être un manga Shônen de sport que ce serait toujours cohérent.

On saura apprécier tout l’aspect bienveillant du titre, la douceur dont les personnages font preuve les uns avec les autres. On constate également un changement dans la relation entre Daisuke et Tsubasa, puisque cette dernière semble ressentir des choses très fortes pour lui bien qu’elle n’ait pas conscience de ce que c’est. L’autrice prend son temps, rien n’est précipité et je pense sincèrement que l’histoire sera prenante durant les 19 tomes. Il y a suffisamment à faire pour que ce soit le cas. Aozora Yell est une excellente surprise que je conseillerais à un large public car tout le monde peut y trouver son compte.

En bref

Aozora Yell est un véritable coup de cœur, il mêle parfaitement ce qu'on peut attendre d'un tranche-de-vie et d'un manga de sport : des obstacles, des buts à court et long terme, des relations amicales positives et saines... Des personnages auxquels on peut s'identifier qui ne sont pas agaçants. Si vous cherchez un bon Shôjo progressif et doux, je vous conseillerais aisément celui-ci pour l'instant, hâte de lire la suite !

9
Aozora Yell
Niwo Suivre Niwo Toutes ses critiques (375)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire