8
Vlad Draculea

par Imitatia le lun. 1 mars 2021 Staff

"Le dirigeant de ce pays... N'est qu'un pantin."

Voilà encore une nouvelle série qui entre dans ma collection pour sa jaquette ma foi magnifique (il faut dire qu’un jeune homme un brin ténébreux en couverture, ça suffit à me convaincre), et pour… Son titre ! Et oui, pour moi ni une ni deux, Vlad DraculeaDracula… Vous voyez où je veux en venir ? Ayant beaucoup aimé le roman de Bram Stoker, il ne m’en a pas fallu plus pour me lancer dans cette nouvelle aventure (je ne suis pas très difficile à convaincre, vous en conviendrez).

Si on considère que le prince Vlad Draculea a servi d’inspiration pour la création du très célèbre Dracula de Bram Stoker, il n’est, pour le moment, pas question de vampire dans ce manga. Le récit prendra-t-il cette direction dans les prochains tomes où restera t-il ancré dans la réalité ? Finalement, qu’importe.

En effet, bien qu’ayant choisi de commencer cette nouvelle série pour son écho au célèbre vampire, qu’il ne soit pas question de créature de la nuit buveuse de sang (pour le moment) ne m’a finalement pas le moins du monde dérangée, et pour cause ! Ce premier tome était en tout point intéressant pour son intrigue… Historique ! Et oui, l’intrigue se base sur des faits réels, un pan de notre histoire que, je dois bien l’avouer, je ne connais que trop peu. Ce premier tome répare cet affront, et, pour une personne comme moi qui suis férue d’histoire, c’est un vrai régal que d’en apprendre plus à travers un manga !

On se retrouve donc plongé en 1456 dans la principauté de Valachie où nous allons suivre l’histoire de Vlad III Draculea, nouvellement couronné Prince. Avec son nouveau titre, viennent de nouvelles responsabilités et de nouveaux enjeux. Et Vlad devra composer avec des menaces extérieures, que forment les empires voisins, mais également des menaces intérieures car, même s’il est prince, le pouvoir est entre les mains des Boyards, qui forment le conseil princier. Débute alors une série de complots, sous fond de stratégies politiques, pour reprendre le pouvoir et faire prospérer son pays.

Ce premier tome retranscrit avec beaucoup de justesse cette atmosphère pesante, de conspiration et de conflit de pouvoir. On y ressent la tension palpable entre les différents protagonistes qui, chacun à leur façon, usent de stratégies minutieusement réfléchies pour faire ployer leur(s) opposant(s). Le récit avance à un rythme plutôt lent mais qui permet de poser correctement les bases et d’apporter les explications nécessaires à chaque choix et actions. Si ça pourrait paraître un peu trop lent pour certains, c’est un point que j’ai beaucoup apprécié pour ma part, n’ayant que peu de connaissances dans le domaine des guerres stratégiques, de la politique ou tout simplement des us et coutumes de ce pays, à cette époque. Et puis, il s’agit avant tout d’un tome un qui permet de se plonger dans l’histoire, avec une facilité assez déconcertante malgré la potentielle complexité du scénario, et avec une fin mouvementée, comme on les aime et déteste à la fois, pour nous faire attendre désespérément la suite. Ajouté à cela le côté historique et culturel du récit, ce premier tome fut une lecture très enrichissante et intéressante et c’est avec une curiosité non feinte que je lirai la suite, très intriguée par le dénouement de ce récit et le développement de Vlad III Draculea, qui sera surnommé plus tard “l’Empaleur”. Je mentirai si je disais ne pas être curieuse de découvrir comment il en est arrivé à cette réputation.

C’est une lecture que je recommande donc fortement à ceux qui, comme moi, apprécient tout particulièrement les mangas historiques, stratégiques et politiques. J’ajouterais à cela un très gros point positif, à mon sens, qui est la qualité de l’édition et du dessin qui rendent tout à fait hommage au travail de la mangaka, dans le premier cas, et à l'histoire de Vlad III Draculea, dans le second cas. En effet, que ce soit la qualité de la jaquette, du papier ou bien les dessins qui retransmettent avec talent le côté historique mais surtout réaliste du récit, tout est fait pour apprécier la lecture de ce premier tome de Vlad Draculea.

En bref

Un récit adapté de faits réels très enrichissant et immersif, que l’on prend plaisir à suivre. On suit les aventures de Vlad III Draculea, prince de Valachie, qui doit faire face à de nombreux opposants pour faire prospérer son pays. De l’histoire, de la politique, de la stratégie. C’est un premier tome introductif très intéressant, que j’ai aimé suivre de bout en bout. Une série que je conseille donc vivement aux amateurs du genre et que je suivrai de mon côté avec grand plaisir, curieuse de connaître l’évolution de cette histoire qui a menée le prince Vlad III Draculea à la réputation de “l’Empaleur” et à servir, plus tard, d’inspiration à Bram Stoker pour la création de son personnage Dracula.

8
Vlad Draculea
Positif

Un récit historique très enrichissant

Un rythme adapté à la compréhension du récit

Un trait dur et réaliste qui met en avant la tension du récit

Un récit original du fait qu’il s’agisse d’une adaptation d’un pan de l’histoire plus discret dans les œuvres de fiction historiques

Negatif

Imitatia Suivre Imitatia Toutes ses critiques (20)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire