Critique Manga Lamento #1

4
Lamento

par Pois0n le mar. 3 avril 2012 Staff

Petit succès dans le monde des visual novels BL, au point d'avoir son petit noyau de fans dans nos contrées, Lamento risque peu de s'attirer de nouveaux adeptes grâce à cette adaptation en manga...

Sitôt le volume entamé, le lecteur se retrouve projeté au milieu d'une forêt, où deux scènes différentes sont narrées simultanément: un personnage courant dans les bois, un autre se battant contre une énorme créature... au moins, le côté forêt profonde est très réussi: les pages sont si chargées que l'on peine à y voir clair. Mais l'on se rend bien vite compte que l'auteure pêche également au niveau du découpage de l'action; le combat étant un vrai gâchis; celui qui s'ensuit ne relevant pas le niveau... Par la suite, on aura l'occasion de constater qu'au niveau des dialogues, il n'est pas toujours évident de savoir qui dit quoi.

Le scénario, obscur au possible, ne nous est dévoilé que lentement au fur et à mesure que Konoé, le héros, cherche à gagner la grande ville du coin dans le but de trouver explications et solution à ce qu'il sait être une malédiction. Sans omettre de récupérer un compagnon de route au passage, de façon assez peu naturelle d'ailleurs, supposément dû aux inconvénients de l'adaptation visual novel BL R-18 vers un manga "tous publics". La narration est donc chaotique. Pourquoi ne pas avoir commencé par nous expliquer les racines de l'histoire, au lieu d'utiliser ces flash-back qui ne font que renforcer la confusion générale?
Bilan, scénaristiquement parlant nous sommes à peine plus avancés à la fin du tome qu'au départ malgré l'apparition d'un ennemi, pas plus intriguant que cela. Le désir de continuer la série si tant est qu'il existe proviendra davantage de l'envie de voir enfin l'histoire décoller que de véritablement connaître "la suite"...

Pourtant, l'univers dépeint, avec ses personnages aux attributs félins, son village mystérieux dans les arbres et les vestiges d'une civilisation qui pourrait très bien être la nôtre, possède une patte propre et a de quoi attirer. De même que la flopée de beaux gosses constituant les personnages principaux (un peu plus réussis visuellement que les décors, et fidèles au character design d'origine)... c'est fort dommage. Fort dommage que le manga soie aussi brouillon, d'autant que certaines cases apparaissent légèrement pixellisées et floues, comme si le matériau "de base" était plus petit que l'impression finale. Soleil nous gratifie pourtant d'une belle couverture gaufrée et de quelques illustrations couleur.

Avec un départ aussi obscur que son scénario, Lamento ne risque guère d'intéresser que les curieux, les fans du jeu pleureront quant à elles devant ce triste ambassadeur de leur licence fétiche.

En bref

4
Lamento
Pois0n Suivre Pois0n Toutes ses critiques (298)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire