Critique Manga Lamento #1

2
Lamento

par ivan isaak le mer. 19 oct. 2011 Staff

Nouvelle série de la collection "gothique" de Soleil Manga, Lamento a le mérite de merveilleusement bien porter son nom...

La première chose qui frappe à la lecture de ce tome, c'est ce graphisme très amateur, rempli d'approximations, fouillis, brouillon, son chara-design peu varié et ses trames surabondantes. Et l'on se dit que l'on n'avait rarement vu un dessin tel, hormis dans quelques global manga français ou le très très moyen Togainu no Chi (chez Ankama). Puis lire le nom du dessinateur nous fait comprendre qu'en effet, il s'agit de la même personne ayant déjà oeuvré sur ce fameux titre...

Mais finalement, est-ce que le scénario de Lamento peut permettre de rattraper ce défaut de taille ? Pas le moins du monde. Outre "l'univers" créé, qui frise un grand nombre de fois le ridicule, la fameuse menace qui pèse sur nos héros est tout sauf évidente et les divers évènements nous sont amenés de manière parfois très abruptes, à tel point que l'on ne sait jamais exactement qui fait quoi et ce qui se passe vraiment.

On ajoute à cela les extraits de la "légende du chat narrateur" et la tendance, pour le moment légère, au boys love et on trouve là un titre qui ne devrait plaire qu'à une infime minorité de lecteurs, faisant partie d'un public cible bien précis (notamment, sans doute, les fans de Togainu no Chi).

Bref, le titre d'un manga aura rarement autant correspondu à son contenu : Lamento est sur beaucoup de points lamentable, et il faudra beaucoup de courage au lecteur pour venir à bout de ce premier volume. Bonne nouvelle : la série ne compte pour l'instant que 2 volumes au Japon. Ouf.

En bref

2
Lamento
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire