3
Tripeace

par ivan isaak le jeu. 9 déc. 2010 Staff

Le conflit entre les royaumes de Kongo et Pakon a pris fin grâce notamment à Nana. Ce dernier espère donc pouvoir faire un bon au classement de Tripeace…

De retour au QG de l’organisation, Nana prend connaissance du nouveau classement. Et il se retrouve doublement surpris : non seulement il n’a pas gagné un seul rang mais Nanako, Nana déguisée en fille, obtient un poste de second dans la cinquième escouade de Shiro ! Notre héros se voit donc une nouvelle fois contraint de se travestir pour pouvoir atteindre son but : éliminer la guerre de la surface de la planète !

Ce 4ème volume de Tripeace commence de manière désespérante. Alors que les multiples travestissements de Nana en Nanako étaient déjà plus que limites dans les tomes précédents, nous voilà maintenant avec une Nanako qui entre directement en 15ème place du « classement » Tripeace. Autant dire que nous sommes loin d’en avoir fini avec ces travestissements à outrance, d’une lourdeur incroyable. Si l’on ajoute à cela les membres de l’équipe de Shiro qui sont d’une finesse sans bornes… Et s’il n’y avait que cela, on pourrait encore considérer le titre comme agréable. Mais les propos tenus ici sont d’une naïveté assez déroutante, à tel point que le titre semble être à destination des tout petits. Que ce soit dans le message global (éradiquer la guerre) ou des messages plus ponctuels (il y a des gentils et des méchants partout), on ne peut pas dire que Tomoyuki Maru fasse dans la subtilité… C’est gros, très gros. Quant au graphisme, il se révèle très irrégulier. Alors que certaines pages sont réellement prenantes (le face à face Riboll/Shitori notamment), certaines semblent bâclées et la plupart sont totalement quelconques… Rien de bien engageant à tirer donc de ce côté-là non plus. Demeure tout de même un bon point : la fin du tome, avec l’apparition d’un personnage intéressant et la possibilité de voir enfin Nana se souvenir de son passé… C’est une légère lueur d’espoir qui apparait ici, dont on espère qu’elle découlera sur des évolutions concrètes.

Redondant dans son schéma, Tripeace ne parvient toujours pas à offrir un divertissement réellement intéressant. Seule les dernières pages laissent un espoir, bien mince malheureusement. « La dernière perle shônen de Square Enix », comme la présente Ki-oon, ne vaut pour l’instant pas tripette…

En bref

3
Tripeace
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire