Critique Manga L'Homme de la Toundra

8
L'Homme de la Toundra

par ivan isaak le mar. 3 août 2010 Staff

L’homme de la toundra est le nom de l’une des 6 nouvelles qui composent ce recueil éponyme dessiné par le désormais célèbre Jiro Taniguchi (Quartier Lointain, Le sommet des dieux…).

6 nouvelles donc. La première, L’homme de la toundra, est un hommage au célèbre romancier Jack London (L’appel de la fôret) qui est d’ailleurs l’un des personnages principaux du récit. Chasseurs d’or, Jack et Fred partent à la recherche de gibier pour leur deux camarades restés sur place. Surpris par le froid, ils seront secourus par « l’homme de la toundra », un aborigène à la recherche du grand élan blanc.

La seconde histoire, intitulée Le grand ouest blanc, nous raconte le périple de deux hommes devant rapatrié le corps d’un richissime héritier mort lors de la ruée vers l’or. Mais ils se retrouvent pris en chasse par une meute de loups menée par une chienne…

Nos montagnes, la troisième nouvelle, se passe dans le monde des Matagi, chasseurs d’ours dans la région de Senboku. Ayant perdu son fils unique tué par un ours « errant », un vieil homme mettra un point d’honneur à régler son compte à la bête lorsque son retour dans la région est confirmé.

Changement de décor pour la quatrième histoire, Kaïyosé-jima, qui nous emmène cette fois près de la mer. Le jeune Takashi va habiter pendant les vacances chez son oncle et ses grands-parents, sa mère étant malade. La jeune Yae s’occupera de lui…

Les appartements Shokaro, dans l’avant-dernière histoire de ce recueil, met en scène un apprenti mangaka logeant dans un ancien bordel.

La dernière histoire enfin, Retour à la mer, met en avant Old Dick, une vieille baleine qui semble arrivée en fin de vie. On suit alors un scientifique bien décidé à voir le cimetière des baleines de la légende inuit…

Les 6 histoires qui composent ce recueil sont finalement d’un intérêt et d’une qualité assez proche. Si l’on devait en mettre une de côté, ce serait la 5ème , pas vraiment dans l’ambiance du reste de l’œuvre. Les autres histoires offrent toutes un lien entre l’homme et la nature, les animaux en particulier, et l’on retrouve là l’un des thèmes favoris de Jiro Taniguchi. L’ensemble se tient parfaitement et chaque histoire trouve une conclusion adaptée qui montre qu’il est aisément possible de composer une histoire complète en peu de pages. A moins que ce ne soit tout simplement le talent de l’auteur qui fasse ici la différence… Graphiquement, pas grand-chose à dire : c’est de la Taniguchi’s touch, ni plus ni moins.

Recueil d’histoires courtes d’un auteur hors normes, L’homme de la toundra pourrait bien être le titre idéal pour découvrir l’univers de Jiro Taniguchi. De qualités, ces différentes histoires offrent dépaysement et fraicheur au lecteur, qui n’en demande pas plus. Un très bon one-shot.

En bref

8
L'Homme de la Toundra
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1075)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire