Critique Manga Doga #1

9
Doga

par juju le lun. 17 juin 2024 Staff

Recherche de liberté

Résumé : Yote, rejeton de la noblesse, est aussi éduqué qu’ignorant des réalités du monde. Son premier voyage en dehors de son domaine tourne court quand il est poignardé pour son argent dans les bas-fonds de Leoure, la cité du désert. Sauvé par une bricoleuse de génie, il se retrouve dans un corps de cyborg lui permettant de survivre... un an ou deux. L’équipement est si rustique que Yote a besoin d’assistance pour tout, de l’entretien au déplacement ! Peu importe, pour lui, c’est une chance de reprendre de zéro, loin de son château et de son étroite existence. Mais, pour ça, il lui faut d’abord retrouver son humanité́, et seules les sirènes, réputées dotées de magie, ont une chance de pouvoir l’aider... Le jeune aristocrate propose une petite fortune à Doga, orpheline aussi forte que débrouillarde, pour qu’elle l’assiste dans sa recherche de ces fabuleuses créatures. Elle accepte, prête à braver tous les dangers pour découvrir le monde ! La promesse d’une nouvelle vie vaut bien mille trésors !

Après Badducks et son road trip bien entrainant, Toryumon TAKEDA continue sur sa lancée et poursuit un nouveau road trip avec beaucoup de ressemblances avec sa précédente œuvre pour mon plus grand plaisir. Du voyage, des personnages attendrissants et hors du commun. Et c’est bien ce qui m’a le plus séduit dans cette histoire, ces deux personnages qui n’ont rien en commun et pourtant qui vont devoir faire un beau voyage ensemble pour finalement un même objectif, la liberté. Lui, le noble lâchement poignardé, va se sentir finalement libéré de sa vie de riche au manoir, vivant maintenant dans une carcasse robotisée il ne souhaite qu’une chose retrouver son humanité et donc trouver la mer. Et elle, une jeune orpheline, attachante comme jamais, qui n’est jamais aller à l’école mais qui s’est se débrouiller comme personne et qui ne souhaite qu’une chose, sortir de cette pauvreté extrême.

Ce premier tome permet de découvrir ces deux personnages mais aussi le décor dans lequel ils vont devoir faire face, à commencer par Leoure cette cité désertique qui présente des inégalités sociales très contrastées ainsi que son architecture assez particulière. D’ailleurs on retrouve bien le trait du mangaka, assez particulier mais bien distinctif. Le travail graphique est assez riche, on découvre des lieux insolites, comme les souterrains de la mine ou encore cette arche.

Au final, si vous avez aimé Badducks je ne saurai que vous conseiller Duga, un voyage entre deux écorchés de la vie pour une recherche de liberté. On sent un périple plein de mystères entre ces deux personnages, ce premier tome n’annonce que du bon.

En bref

Si vous avez aimé Badducks je ne saurai que vous conseiller Duga, un voyage entre deux écorchés de la vie pour une recherche de liberté. On sent un périple plein de mystères entre ces deux personnages, ce premier tome n’annonce que du bon.

9
Doga
juju Suivre juju Toutes ses critiques (968)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire