7
Comme les autres

par Tampopo24 le sam. 16 oct. 2021 Staff

De la difficulté d'avoir une relation avec quelqu'un souffrant d'un handicap

Avec douceur, sensibilité et subtilité, Nojin Yuki continue d'aborder la vie complexe et toute en nuances des personnes mal entendantes et de leur entourage. Alors malgré une narration confuse, on lui pardonne car son récit est très émouvant.

Après avoir traité de la rencontre des personnages dans un premier temps, puis de la confrontation de l'héroïne aux amis et ex-amours de l'objet de son affection, j'ai eu l'impression d'entrer un peu plus en profondeur dans la psychologie des personnages ici. En effet, il est question à la fois de la relation entre Ibuki et Ôsuke et de celle entre Ibuki et son frère aîné, deux personnes clés dans son évolution.

Soyons honnête, la narration de Nojin Yuki pour mettre en scène ces événements n'est pas des plus claire. Elle alterne passé et présent de manière un peu flou parfois. Elle transpose des pensées que se mélangent avec les mots peut-être dits / écrits sans qu'on le sache précisément. Elle passe d'une scène à l'autre de manière un peu abrupte. Elle doit vraiment faire un travail sur la mise en scène de ses propos pour les rendre plus clairs.

En revanche, les émotions elles sont bien retranscrites dans toutes leur complexité. J'ai beaucoup aimé entrer dans la tête d'Ôsuke, ce personnage taciturne abandonné par sa mère, qui porte ce fardeau depuis toujours et a peur de s'impliquer dans une relation pour subir le même rejet. J'ai été très touchée. J'ai aimé que l'autrice mette en scène un personnage aussi taiseux et secret. Cependant, sa dispute avec Ibuki est comme souvent à l'adolescence quelque chose de flou et pas très bien compréhensible avec une bonne part de mauvaise fois, mais cela montre le côté réaliste dont l'autrice sait faire preuve. De la même façon, elle aborde la relation compliquée entre Ibuki et son frère, revenant sur les jeunes années de celui-ci quand il parlait encore. J'ai été frappée par la nuance dont elle a su faire preuve pour raconter le mal être de chacun des personnages mais aussi le pardon qu'ils s'accordent au final, c'était émouvant et réaliste aussi dans la gêne qu'on peut ressentir face au handicap d'un proche, la rancoeur de voir sa vie calquée sur la sienne sans être écouté, mais l'amour et le regret qu'on ressent aussi. Superbe.

Le seul point un peu noir au tableau, c'est encore une fois l'héroïne qui pour moi n'a pas une place très importante dans tout ça. J'ai l'impression qu'elle sert surtout de messagère, de médiatrice entre les personnages et pour l'autrice, mais qu'elle n'a pas de réelle profondeur et qu'elle n'évolue pas beaucoup. Son rôle est très stéréotypé et un peu bateau. Il me manque quelque chose de ce côté-là. La romance avance de manière mécanique et elle se mêle surtout de tout. Au vu de son passé, j'aimerais qu'on lui donne un rôle plus important et qu'on aborde un peu sa maladie à elle aussi.

En bref

Comme les autres est donc un shojo surprenant dont la forme encore maladroite donne aussi un certain charme à la lecture. J'aime que l'autrice aborde frontalement certains problèmes dus au handicap, d'autres dus à l'adolescence ou encore la fameuse question du manque de communication. Les personnages masculins sont en cela très réussis, j'aimerais qu'il en soit de même pour l'héroïne ^^!

7
Comme les autres
Positif

Des dessins tout doux

Un beau traitement de toute la complexité des relations avec quelqu'un d'handicapée

La relation Ibuki-Ôsuke

La relation Ibuki-son grand frère

Le développement des personnages masculins

Negatif

Une narration confuse

Une héroïne stéréotypée pas assez développée

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (670)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire