8
Somali et l'esprit de la forêt

par Neginator le jeu. 2 févr. 2017 Staff

Dans un monde où les humains n’ont plus leur place, où ils sont traqués et contraints à vivre cachés des non-humains, un golem recueille une jeune fille perdue qui l’adopte instantanément en tant que figure paternelle. Le golem, créature à la longévité impressionnante et sortant rarement de la forêt dont il en est le gardien, entreprend alors un périple avec cette dernière dans ce vaste monde peuple de dangers.



Somali et l’esprit de la forêt nous transporte dans un univers féerique, extrêmement riche. Nous découvrons une palette rafraîchissante de créatures fantastiques, connues ou imaginées pour cette histoire. Ces êtres oniriques couplés aux somptueux décors rassasient notre goût de l’évasion, tout en titillant notre curiosité puisqu’on a hâte de découvrir les prochaines créatures et qu’on tente d’ores et déjà de les imaginer.



En outre, ce qui reste le plus frappant dans ce premier tome, c’est la relation qu’entretiennent les deux personnages principaux : très complices, il semblent apprendre l’un de l’autre malgré leurs différences d’âge et d’espèce, ce qui invite à croire en la viabilité d’une coexistence entre deux êtres ayant bon nombre de divergences. La jeune Somali découvre ce qui l’entoure aux côtés du golem, puisqu’il possède à la fois les connaissances sur ce vaste monde et la sagesse adéquate . Quant à lui, pourtant censé être impassible et ne ressentir aucune émotion, il développe des réactions, des sentiments qui lui sont inconnus au contact de la petite. Cette relation très forte qui les unit accroît l’attachement et la sympathie que nous ressentons à leur égard en ayant conscience de leur passé baigné dans la solitude. Un profond respect et une vive émotion nous envahit dès que nous apprenons le but du golem : un objectif très noble qui renforce notre attirance pour cet étrange personnage.



Concernant les dessins, ils sont fins, précis et foisonnent de détails afin de nous éblouir et de nous immerger plus encore dans l’atmosphère fantasy de l’œuvre. De plus, les émotions des personnages sont très clairement retranscrites grâce au trait de l’auteure.

En bref

Komikku, après avoir déjà édité deux titres fantasy d’exception dans son catalogue, à savoir The Ancient Magus Bride et Minuscule, nous propose ici un titre qui trouve aisément sa place aux côtés de ceux-ci. Véritable coup de cœur, ce premier tome nous fait voyager, sans nous perdre dans de longues explications puisqu’il nous immerge d’emblée dans son univers fantastique et nous affecte fortement grâce à des personnages attachants. Somali et l’esprit de la forêt, bien qu’il convienne à toutes les tranches d’âge, reste, à l’image de Minuscule, plus accessible à un jeune public que The Ancient Magus Bride, qui propose un scénario plus complexe, plus mature. A noter que Kore YAMAZAKI, auteure de ce dernier titre, a fortement recommandé Somali et l’esprit de la forêt.

8
Somali et l'esprit de la forêt
Neginator Suivre Neginator Toutes ses critiques (151)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire