9
La Fleur Millénaire

par Sherryn le jeu. 7 mars 2013 Staff

Attention, voilà un shôjo qui ne ressemble pas aux autres. La fleur millénaire est un shôjo historique qui ne se contente pas d'une romance parsemée d'aventure.

Ce que l'on découvre tout d'abord, c'est une situation politique complexe qui respecte bien les opinions et coutumes de la Chine ancienne, qui pour nous autres occidentaux paraissent à la fois étranges, exotiques et un brin fascinantes. Aki est la fille de la reine officielle, mais celle-ci est souffrante. Le roi les délaisse car il préfère s'intéresser à sa seconde épouse, plus belle, originaire d'un pays puissant et lui ayant donné un héritier. Aki aimerait se distinguer aux yeux de son père, mais ses efforts ne portent pas les fruits qu'elle voudrait...

On s'attache ensuite aux personnages, et plus particulièrement à Aki. Aki n'a rien d'une héroïne classique, ni d'une princesse classique. Elle est gentille et souriante, mais aussi très forte psychologiquement et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Son impertinence, notamment verbale, en fait un protagoniste attachant grâce à ses répliques visant à moucher ses interlocuteurs. Elle est aussi douée pour les armes et n'hésite pas à chasser ou se battre à égalité avec les hommes.

Son serviteur, Hakusei, occidental aux cheveux dorés et aux yeux blonds, ayant voué sa vie à sa protection, est un personnage plus classique mais néanmoins attachant lui aussi. On apprécie le fait que sa relation avec Aki soit tissée de complicité et basée sur la fidélité du serviteur avant tout. Pour l'instant, aucune romance ne semble s'esquisser entre les deux personnages, même si l'on se doute que cela devrait venir par la suite. En tout cas, pour l'instant, cette absence d'histoire d'amour contribue à faire de La fleur millénaire un shôjo différent de la plupart des autres séries.

Concernant l'histoire, elle défile rapidement mais tout en étant maîtrisée. Le rythme est rapide, mais pas précipité ni bâclé. Bien que narrant des faits complexe, le fil reste toujours très clair. De même, l'émotion est présente mais jamais exagérée, et donc pas suffisamment marquée pour faire ombrage au récit. Le déroulement de ce dernier étant ce qui semble primer avant tout pour l'auteur.

À vrai dire, la construction scénaristique de La fleur millénaire est si différente des autres manga qu'elle s'avère légèrement perturbante. La plupart des scénarii offrent en effet une introduction, suivie d'un noeud, puis de péripéties divisées en arcs clairement marqués et courant sur quelques chapitres avant de se conclure et de passer à une nouvelle partie. Là, rien de tout cela.

On a plutôt l'impression que les introductions se succèdent, chacune en amenant une nouvelle et élargissant le récit. On a l'impression que quelque chose doit sans cesse être commencé. On attend un début alors qu'en réalité on est déjà à fond dedans, sans s'en être aperçu. Et en fin de compte, on reste médusé face à l'avancée significative qu'a déjà prise l'histoire en fin de ce premier tome.

Graphiquement, La fleur millénaire est très sobre pour du shôjo, sauf pour les décors plutôt bien détaillés, mais le trait est néanmoins gracieux. Rien à redire au découpage ou au rythme, qui accompagnent très bien l'histoire. Les angles de vue et les trames correspondent parfaitement aussi aux émotions à transmettre. Il n'est pas impossible que ce style sobre convienne à ceux qui n'apprécient pas trop l'esthétisme habituellement plus recherché du shôjo.

Ce premier tome laisse penser que La fleur millénaire est un titre qui mérite l'attention de par son originalité de récit, d'univers, de narration et d'héroïne. On espère que la suite se montrera à la hauteur de cette bonne surprise !

En bref

Attention, voilà un shôjo qui ne ressemble pas aux autres. La fleur est un shôjo historique qui ne se contente pas d'une romance parsemée d'aventure, un titre qui mérite l'attention de par son originalité de récit, d'univers, de narration et d'héroïne.

9
La Fleur Millénaire
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire