6
Dreamland

par chris936 le mer. 1 déc. 2010 Staff

Le combat contre Attila se termine... mais pour combien de temps ? Ce tome marque également la fin de l'arc des chats. On ne sait cependant pas exactement, même si on en a une vague idée, vers quoi on se dirigera dans le prochain volume, mais de toute façon, on aura sans doute tout oublié d'ici sa sortie.

En effet, manga français oblige, Dreamland est avant tout destiné à ceux qui prendront le temps de lire et de relire la série entre 2 tomes. Le rythme de parution étant d'1 à 2 volumes par an, la relecture est nécessaire si l'on veut éviter de passer à côté de certains éléments de l'histoire. Les lecteurs qui ne prendront pas cette peine auront sans doute un peu de mal à faire certaines connexions, mais la lecture n'en sera pas désagréable ou laborieuse pour autant. En effet, nul besoin de cela pour apprécier les combats et les déferlements de pouvoirs plus ou moins inventifs de l'univers de Dreamland.

L'un des points forts de l'auteur, c'est son style graphique. On le remarque tout spécialement dans ce tome 9 : il est a l'aise dans plusieurs styles (ainsi, on a notamment droit à des planches avec une pointe de couleur, d'autres sans la moindre trame et dans un style plus épuré, ou encore d'autres au trait bien plus épais) et certaines planches sont vraiment percutantes. Du bon boulot.

Par contre, côté scénario et lisibilité, c'est un peu moins évident. En effet, certains flash-back viennent s'insérer dans l'histoire sans crier gare, et s'y retrouver dans la chronologie du récit est loin d'être toujours facile.
On relèvera aussi quelques fautes (dont 2 dans le mot de l'auteur sur le rabat de la jaquette...) et quelques (rares) phrases totalement dénuées de sens, ce qui est toujours dommage.

Malgré ces quelques défauts, Dreamland est une bonne petite série que l'on place allègrement au-dessus de bien des mangas français. Une lecture sympathique, sans l'ombre d'un doute.

En bref

6
Dreamland
chris936 Suivre chris936 Toutes ses critiques (731)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire