Critique Manga Les Chefs-d'oeuvre de Lovecraft - L'abomination de Dunwich #1

9
Les Chefs-d'oeuvre de Lovecraft - L'abomination de Dunwich

par Tampopo24 le jeu. 21 sept. 2023 Staff

Malaise à son comble !

Retour percutant de Gou Tanabe avec le fascinant Abomination de Dunwich, adapté après Le Cauchemar d'Innsmouth qui était lui-même déjà glaçant et qui semble terriblement bien prendre la relève.

Dans le Cauchemar d'Innsmouth Lovecraft et Tanabe nous plongeaient dans une ville sinistre dont personne ne sortait indemne. Ils reprennent un peu ce motif avec l'Abomination de Dunwich où cela se transforme en petite propriété perdue dans un ville à mauvaise réputation dans une Amérique en pleine décadence à cause de la consanguinité. Malaise assuré !

J'ai beaucoup aimé retrouvé le haut sens de l'adaptation de Gou Tanabe qui nous glace d'effroi dès les premières pages en reprenant ce chemin du narrateur extérieur, curieux, conduit à cette demeure étrange et nous emmenant à la rencontre de ses habitants, avant que l'on découvre encore plus leur étrangeté. L'ambiance datée est parfaitement retranscrite. L'ambiance poisse et malaisante également grâce à ses dessins crasses où l'horreur semble couler des pages. C'est un mélange de fantastique et d'approche du body horror des plus saisissant qui prend aux tripes et à la gorge. 

L'auteur n'innove pas pour autant. Lovecraft décline des motifs connus dans son oeuvre avec cette vision très misérable de la campagne, avec ces maisons des horreurs, avec ce côté mystique également qu'il rapproche ici sur mysticisme et de la sorcellerie, avec cette image de la campagne inculte et rugueuse. La figure d'autorité, elle, vient dans un premier temps de la ville. Cependant il bouscule ses habitudes et nous propose cette fois un héros aussi malaisant qu'intelligent, étrange et singulier en la personne de Wilburn, dont on va retracer l'étrange parcours de vie.

Plonger dans le récit de son passé, de son naissance à l'âge adulte, c'est enchaîner les moments étranges et dérangeants. Le mangaka le fait à merveille avec ce dessin très sombre, très incarné, très proche de la chair. Il pratique une horreur où rien n'est réellement montrée et où tout est suggéré, ce qui ce qui se fait de mieux pour nous effrayer et il ne nous épargne pas. La naissance dans la fange de Wilburn donne le la. Puis, ce sont ses années d'apprentissage rapportées de manière singulière par les habitants du village voisin ne comprenant pas grand-chose à cet être et cette famille étrange, et enfin les drames qui s'enchaînent et les mystères qui augmentent. Notre attention est captive de cet antre et cet être mystérieux.

J'ai beaucoup aimé le fantastique utilisé ici, qui reprend des thématiques de Lovecraft comme le Necromicon, mais qui s'inscrit également dans une lignée plus classique avec ces pierres dressées et ces rituels de sorcelleries. Il y a du démon dans l'air, du satanisme même quand on lit entre les lignes. C'est sombre et glauque à souhait, mais aussi triste et dramatique, car on en vient à plaindre le grand-père taiseux et trop grand de Wilburn, ainsi que sa mère au regard de folle, et même ce héros au corps si étrange qu'il ne peut que détonner, en plus de sa croissance et son intelligence surnaturelles. J'ai été totalement happée et mal à l'aise en même temps.

En bref

Oeuvre promise en trois tomes, l'Abomination de Dunwich si elle continue dans cette lignée, se promet d'être parmi mes préférées des auteurs tant elle me fascine et me glace d'effroi. J'aime ce dévoiement des motifs de Lovecraft. J'aime ce dessin et cette ambiance poisseuse. J'aime ce mélange de mythes anciens (sorcellerie, satanisme) et moderne (necromicon). L'ensemble est étrange et fascinant, écrit avec une mélodie triste et entêtante dont on peine à se sortir. C'est un véritable envoûtement macabre des sens.

9
Les Chefs-d'oeuvre de Lovecraft - L'abomination de Dunwich
Positif

Le retour de Gou Tanabe sur du Lovecraft

Une oeuvre qui fascine autant qu'il met mal à l'aise

Un dessin poisseux saisissant proche du body horror

Un mélange d'influences parfaitement réussi et fascinant

Une histoire qui happe d'entrée grâce à un découpage savamment pensé

Un héros des plus singuliers qu'on veut absolument comprendre

Le terrible portrait de l'Amérique rurale

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1464)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire