Critique Manga Dai Dark #1

7
Dai Dark

par juju le dim. 27 mars 2022 Staff

Un univers exceptionnel

Nouveau manga par l’autrice de Dorohedoro. Cette-fois ci elle nous propose de plonger dans le cosmos et de partir à la découverte de Sanko Zaha, un jeune garçon, très insouciant, qui voyage dans les ténèbres de l’espace infini. Pour faire ce voyage, un outil indispensable, un Sakadoh (comprenez un vrai sac à dos). Mais celui de Sanko est un peu spécial, il s’appelle Avakian et il l’aide fortement dans sa quête. Sa quête, justement, retrouver la personne qui l’a condamné à une vie compliquée, en effet ses os exauceraient n’importe quel vœu. Du coup, tous les malfrats de l’univers son à ses trousses.

Le scénario est assez classique, et dans ce tome 1, il pose complètement les bases de l’univers. Il permet en effet de découvrir un monde, qui je trouve, est très bien développé. Que ce soit entre les personnages ou bien les lieux, on sent que l’autrice a créé un monde à part entière. Le scénario alterne souvent entre moments présents et le passé de Sanko, notamment à l’école.

Les personnages sont complètement loufoques et très originaux. A commencer par notre duo de héro, Sanko et Avadian. Sanko est très insouciant, avec une bouille qui reste très simple, très enfantin, et surtout qui n’a pas conscience du tout du danger qui l’entoure. Avakian lui, c’est le garde du corps de service. Il propose une multitude de services : il sert de casque, d’éclairage, de lance-flamme ou encore de magasin d’armes. Il donne des os magiques qui se transforment en arme pour Sanko.

A côté de ce duo, l’autrice présente deux personnages, qui vont être récurrents dans la série d’après moi. Tout d’abord Death Delamort, une personnification de la mort qui se lie d’amité avec Sanko (carrément) et surtout Box qui me rappelle les jeux vidéo. Box est une marchande, qui en échange d’os fournit divers objets.

Les malfrats ne sont pas en reste. Entre les mini-sauliens, des personnages à têtes de seau ou encore une capitaine à trois têtes, l’univers décrit est très riche et c’est très appréciable.

Tous ses personnages apportent une richesse visuelle qui fonctionne et qui permet finalement, de rentrer dans cette univers

L’autrice ne s’arrête pas là, entre les lieux visités ou encore toute l’originalité dans les objets, elle nous fait voyager et comme j’arrête pas de la dire, l’univers qui a été créé est tout à fait exceptionnel.

Côté édition, j’ai adoré la jaquette transparente qui permet de jouer avec la peau des ténèbres. Et une dizaine de pages en couleur sont présentes.

Quelques réserves cependant sur ce tome 1. J’ai trouvé que le vocabulaire employé était un peu trop enfantin par moment. Et enfin, ce tome 1 reste très basique, l’autrice nous présente vraiment l’univers et l’intrigue ne décolle pas vraiment. D’ailleurs vivement que l’on en apprenne plus.

En bref

Dai Dark propose un univers très très riche, avec des personnages, des lieux ou encore des objets très originaux. Le scénario en est encore qu'au commencement. J'attends de voir la suite.

7
Dai Dark
Positif

Un univers riche

Des personnages loufoques

Des objets en pagaille

Un petit côté RPG

Negatif

Vocabulaire enfantin par moment

juju Suivre juju Toutes ses critiques (394)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire