9
Destination Terra...

par Neginator le mer. 25 août 2021 Staff

Une lutte pour affirmer son droit d'exister avec ses différences

"Destination Terra..." marque l'arrivée de Keiko Takemiya, grande mangaka japonaise qui a contribué à de grands changements dans l'univers du shôjô manga au Japon dans les années 70-80 aux côtés d'autres grandes autrices de l'époque (Moto Hagio, Riyoko Ikeda, Norie Masuyama...) que la presse surnomma le "Groupe de l'An 24".

Bien qu'elle ait fortement contribué au shôjô manga, c'est avec l'un de ses titres publiés dans des magazines shônen que nous la découvrons. Les éditions naBan nous permettent ainsi de découvrir son style et les bouleversements qu'elle apporta, notamment dans la mise en page.

"Destination Terra..." nous embarque dans un univers où Terra, planète mère de l'espèce humaine, a été abandonnée à cause d'une pollution importante de l'atmosphère et une disparition des ressources vitales. Les êtres humains ont alors établi des colonies interstellaires afin de survivre. Ils en ont confié la gestion à des ordinateurs qui contrôlent les comportements humains dans le but d'éviter tout débordement des normes établies. Parmi cette population, des êtres aux pouvoirs psychiques sont contraints de se cacher afin de ne pas être éliminés : les Mu. Ces derniers désirent plus que tout retourner sur Terra et mettre fin à l'oppression engendrée par cette société injuste.

Ce premier tome de "Destination Terra..." se découpe en trois parties dont les deux premières s'intéressent plus spécifiquement à un personnage centrale de l'histoire, le héros et son antagoniste. On y découvre deux êtres à la forte personnalité, entourés de personnages qui ne sont pas en reste. On pense notamment à la prophétesse Physis, qui a due fortement inspirer d'autres artistes (par exemple, les CLAMP avec la princesse Hinoto de "X", pour ne citer qu'elle). Si ce tome nous offre une lecture dense avec beaucoup de dialogues et de textes qui nécessitent une certaine concentration pour bien suivre ce qui nous est proposé, c'est pour mieux nous présenter son univers et cultiver notre intérêt pour chacun des personnages. Il faut prendre son temps pour bien apprécier chaque partie afin de ne pas être perdu par quelques points complexes mais, on se prête rapidement au jeu. Quelques pages au découpage peu habituel interloqueront sûrement quelques lecteurs et lectrices, mais Keiko Takemiya utilise ses bulles pour guider votre lecture, donnant ainsi une autre profondeur à ses pages et aux scènes importantes de son récit.

Les thématiques sembleront peut-être déjà vues dans d'autres œuvres de SF. Mais il faut avant tout se replacer dans le contexte de publication de ce titre. Keiko Takemiya a publié "Destination Terra..." au Japon entre 1977 et 1980. Elle y aborde des thématiques qui ont fortement interpelé le Japon à l'époque et ont en partie contribué à son succès. Bon nombre d'entre elles restent encore d'actualité. On y retrouve des notions écologiques, des réflexions sur l'être humain, la procréation, la crainte de la différence et la relation hommes/machinesAujourd'hui encore, le titre reste une œuvre majeure (et primée) de la SF japonaise et a eu droit à plusieurs adaptations depuis sa sortie. 

Du côté du dessin, on ressent un peu le trait de l'époque dans certaines pages, ainsi que les caractéristiques graphiques du style "shôjô". Mais Keiko Takemiya a su les adapter dans la globalité afin de proposer un style graphique particulièrement agréable à la lecture. De magnifiques planches sont proposées au fil des pages de ce premier volume ! Tout ceci rend "Destination Terra..." plus accessible aux lecteurs et lectrices qui seraient un peu trop perturbés par le trait de certains mangas dit "patrimoine".

Concernant l'édition, quelques coquilles sont présentes (dont une plutôt amusante) mais cela reste un très bon travail. Et en plus de proposer une couverture particulièrement attrayante, nous avons droit à de très belles illustrations en couleurs en fin de tome.

En bref

Avec ce premier tome de "Destination Terra...", Keiko Takemiya nous propose un Space Opera qui se met en place tranquillement mais au rythme nécessaire pour bien comprendre l'univers et ses personnages. Il saura séduire les adorateurs et adoratrices du genre, de titres de Leiji Matsumoto (Capitaine Albator, Galaxy Express 999) et proposera un bon point d'entrée dans la lecture d'un titre patrimoine et la SF.

9
Destination Terra...
Positif

Univers riche qui s'installe

Thématiques fortes et d'actualité

Mise en page inhabituelle

Dessin accessible à un large public pour un titre de cette époque

Illustrations en couleurs en fin de tome

Negatif

Densité de certaines pages qui peut perturber certain(e)s lecteur(rice)s

Quelques passages parfois un peu rapides

Neginator Suivre Neginator Toutes ses critiques (153)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire