7
Dear Call

par Sachiko-chi le ven. 14 mai 2021 Staff

Bienvenue à l'Invocadémie !

Kiri Gunchi est un mangaka qui n’est pas inconnu dans nos contrées, en effet, on lui doit sa précédente saga qui est Le dilemme de Toki. Titre que je n’ai pas lu donc je découvre son travail avec Dear Call. Je ne me suis pas non plus lancée dans l’inconnu, j’ai profité de l’extrait pour un peu plus comprendre l’essence de ce titre, et j’ai été convaincue de découvrir la suite.

On rencontre rapidement notre protagoniste qui est Sanso, un jeune homme qui vit sur une île connue mais non répertoriée sur les cartes. Les habitants qui la peuplent sont des personnes qui ont voulu se couper du monde, et repartir de zéro. Notre personnage vit avec ses deux amis, Goot et Moon deux sortes d’animaux dont un qui ressemble à un tigre et l’autre qui ressemble beaucoup à Kero dans Card Captor Sakura (oui, je suis allée la chercher loin la référence). Il vit une petite paisible, jusqu’au jour où une VIP du continent débarque sur l’île et vient bouleverser sa vie.
En effet, elle lui apprend que son ami Goot n’est autre qu’un Black Anima, un ennemi que combat notamment cette jeune femme.

De cette histoire va se découler d’abord de très beaux combats, assez dynamiques, et qui vont permettre de mieux dévoiler l’univers dans lequel va évoluer notre protagoniste. Sanso va découvrir l’existence des Black Anima, mais il va aussi apprendre qu’ils se combattent avec des créatures nommées des Call Beast, et Sanso n’est pas n’importe qui. Comme on s’en doute, sinon ce ne serait pas intéressant, c’est le côté classique du titre, notre protagoniste est une sorte de surdoué, en effet, il arrive à invoquer une des créatures les plus puissantes, et qui est notamment un rouage important dans le plan pour combattre les Black Anima.

De ces créatures, on ne sait pas grand-chose, ce n’est que le premier tome mais c’est vraiment flou à leur sujet. La seule information que l’on a c’est comment les battre et les tuer, et pour ça ils ont besoin d’invocateurs. Sanso va devenir un des leurs en rejoignant leur académie.
J’ai trouvé que son enrôlement était assez rapide, il n’y a pas eu besoin de beaucoup s’étendre en explications pour le convaincre des les rejoindre. En même temps, c’est un personnage assez simplet, il a toujours vécu sur l’île et ne connait pas grand-chose au monde extérieur. Même à l’académie, il se fait avoir par certains de ses camarades parce qu’il est assez naïf et que ces comportements, ou même objets n’étaient pas présents sur l’île. En revanche j’ai vraiment été attiré par le travail sur Sanso et ses amis, j’ai vraiment ressenti toute l’attache qu’il pouvait avoir pour eux et inversement, c’est un des éléments qui m’a beaucoup plu aussi et qui a fait que j’ai vraiment accroché. On découvre aussi leur passé, et ce qui vient renforcer leur attache entre eux notamment.

Dans une seconde partie du récit, qui est d’ailleurs très dynamique et drôle grâce à Sanso et sa naïveté, on découvre l’académie ainsi que ses nouveaux camarades. Je dois avouer que l’on est ici dans quelques choses de plus classique pour la forme, une académie, des camarades assez clichés, des rivalités, des personnes qui veulent se venger suite à la destruction causée par un Black Anima. Ce n’est pas forcément la force du titre, pour moi elle réside vraiment dans le personnage de Sanso et dans l’intérieur de l’Académie. C’est-à-dire par les cours donnés, on n’a pas pu encore y assister, mais on a déjà pu avoir un aperçu, et j’ai trouvé ça sympathique, à voir comment cela va évoluer et être travaillé.
Une autre force de ce titre et qui le rend original, ce n’est pas forcément l’uniforme, mais plutôt la plume, qui est d’ailleurs mise en avant par Glénat notamment. En effet, de son nom la Dear Quill est très intéressante, j’ai trouvé vraiment original d’utiliser un objet plutôt obsolète de nos jours pour lui rendre une utilité et surtout lui donner des pouvoirs qui viennent aider les invocateurs et qui eux-mêmes viennent en support pour leur Call Beast.

Un premier tome intéressant et prometteur, bien que le côté académie ne soit pas très orignal, ainsi que les étudiants qui la composent. Mais il y a tout de même derrière des mystères, des informations qui sont données et quelques idées sympathiques. Sanso joue un rôle important parce qu’il est très attachant mine de rien, et je suis vraiment curieuse de le voir évoluer !

En bref

Un premier tome prometteur avec de bonnes idées à développer. Il reste assez classique de par sa forme, une académie, des monstres à abattre, mais il se révèle intéressant sur d'autres points. L'Académie notamment, si les cours sont bien développés cela pourrait apporter un vrai plus au récit, et la plume dont je suis fan !

7
Dear Call
Positif

Une histoire prometteuse

Un protagoniste attachant

Des liens intéressants entre Sanso et ses amis

L'originalité de l'utilisation de la plume

Des cours qui peuvent être intéressants

Des mystères dans cet univers

Titre dynamique

Negatif

Quelques idées classiques comme l'Académie, l'uniforme ou encore les camarades

Sachiko-chi Suivre Sachiko-chi Toutes ses critiques (166)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire