6
Moriarty the Patriot

par Niwo le ven. 19 oct. 2018 Staff

Le schéma change pour ce nouveau tome de Moriarty. Dans le premier tome, pour chaque pauvre, il y avait un noble à abattre, grossièrement. Cette fois-ci, on se concentre sur une seule histoire qui va servir à amener un nouveau personnage, l'ultime rival de Moriarty, que vous reconnaîtrez sûrement. J'ai trouvé ce tome, dans l'ensemble, moins prenant, mais plus logique dans son dénouement. Laissez passer... Sherlock Holmes.


Pureté éphémère


Dans le premier tome, nous avons eu droit à un William James Moriarty dans une parfaite maîtrise, le parfait héros venu sauver les opprimés. Mais comme je l'avais dit, sa personnalité n'est pas aussi rose qu'il n'y paraît. William a une part d'ombre, c'est certain et elle est de plus en plus présente. C'est aussi ça qui va le faire aller plus loin dans ses idées pour mettre en scène ses crimes, il se laisse prendre au jeu et ne suit plus une pleine justice. Il prend un malin plaisir à détruire ceux qu'il dénigre, à tel point que je me demande s'il vaut mieux qu'eux. Mais à force d'aller trop loin, il risque de se faire prendre par quelqu'un d'aussi intelligent que lui. Si vous connaissez un peu l'univers, vous devez savoir de qui je veux parler...


Sherlock Holmes, le détective capable de deviner toute la vie d'un personnage rien qu'en le voyant... Ses facultés d'analyse sont extrêmement efficaces, et ce n'est pas tout ce qui le définit. Pour le moment, Holmes est très méticuleux et son sens de l'humour habituel n'est pas dominant. Je ne sais pas si ça changera à l'avenir mais pour le moment, ce n'est pas vraiment le personnage qu'on connaît. Mais il est nécessaire pour créer une certaine adversité avec Moriarty. Ce qui va être intéressant, c'est d'avoir un autre point de vue, un autre « héros » que Sherlock. Et la vision des choses sera sûrement moins positive pour Sherlock. Fort heureusement, il a tout de même son charisme habituel, et il y a pas mal de clins d’œil à l’œuvre originale.


Trop Sherlock-centré


Personnellement, ce Sherlock m'a déçu. J'attendais un peu plus de fantaisie de sa part, et ce ne fut pas le cas. Le problème, c'est que tout le tome se concentre sur ça, la manière de le faire entrer subtilement dans l'histoire. Et étant donné que le schéma scénaristique n'est plus le même, on n'a pas vraiment d'histoire alternative à laquelle s'accrocher pour apprécier la lecture. A la rigueur, la première partie dont j'ai parlé au début de la chronique est sympa, mais tout ce qui se passe ensuite me laisse de marbre. J'en attendais beaucoup plus.


Cependant, le tome finit sur une note positive : La rencontre entre Holmes et Watson. Le moment où ils deviennent colocataires et même si ça reste bref, je suis satisfait. Watson est un personnage que j'ai beaucoup apprécié dans les films, bien plus que Holmes en tout cas. Il a un côté plus réfléchi et sage que j'apprécie beaucoup. Ils font un peu la paire tous les deux, et je me languissais de ne pas le voir encore arriver. A la toute fin du tome, Holmes se fait arrêter pour le meurtre d'un homme qui a écrit « Sherlock » sur le mur avec son sang. Je pense que dans le tome 3, il va devoir prouver son innocence et c'est à ce moment-là que tout son génie fera surface.

En bref

Un deuxième tome en deçà du précédent, car concentré sur un élément principal qui laisse de marbre. Pas forcément bien amené, le nouveau personnage qui fait son entrée était très attendu, et pas à la hauteur de mes attentes. Heureusement, une mise de scène de Moriarty ainsi que la fin du tome promet de belles choses pour la suite, et remontent le niveau global du tome.

6
Moriarty the Patriot
Niwo Suivre Niwo Toutes ses critiques (365)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire