8
Toriko

par snoopy le mer. 26 oct. 2016 Staff

Dans le précédent tome, nos hunters préférés ont débuté leur incursion dans le monde gourmet en douceur ; si la grotte fut une entrée en matière plaisante, on a plutôt eu l’impression de faire du tourisme ensuite. Alors, certes le village de la nourriture ensorcelante fut amusant à découvrir mais je m’attendais à les voir relever toute de suite des défis de fou. Cela dit, c’est sans doute le calme avant la tempête.

Afin de se procurer la fameuse salade du menu d’Acacia, Toriko va devoir affronter le puissant Heracles ! En effet, Air semble étroitement lié au Roi-cheval et à l’existence même de la contrée qui la voit pousser. Malgré tous les progrès de Toriko, celui-ci se retrouve bien mal embarqué et Komatsu va devoir jeter toute ses forces dans la préparation d’Air pour sortir son partenaire de cette situation désespérée.

On peut dire que ce tome commence sur les chapeaux de roues puisqu’on se retrouve face à l’un des souverains qui peuple le monde gourmet. Alors qu’il n’a même pas encore bougé d’un cil, on sent tout de suite qu’engager un combat contre lui signifierait la mort même pour notre hunter préféré. L’auteur parvient d’entrée de jeu à installer une atmosphère tendue, la pression qui pèse sur les épaules de nos amis est pratiquement insoutenable et on se retrouve complétement captivé par ce nouveau défi.

On sera tout d’abord bluffé par l’histoire d’Heracles et par son lien avec la denrée royale. L’auteur ne se contente pas d’étoffer toujours plus son bestiaire, il lui arrive parfois de nous raconter de belles légendes et la magie opère à chaque fois. Cependant, on pourrait reprocher à ce dernier de confronter trop rapidement nos héros à l’un des souverains du monde gourmet et d’avoir fait une pierre deux coups avec la denrée royale. Cela dit, le lien qui les unit est tellement fascinant qu’on lui pardonnera facilement cette petite accélération des évènements.

C’est une bonne idée d’avoir laissé Toriko s’occuper d’Heracles et le soin de préparer la denrée royale à Komatsu. Cela prouve encore une fois que nos deux amis ont pleinement confiance l’un dans l’autre et renforce leur amitié d’une belle façon puisqu’à aucun moment Toriko ne cessera d’être dans les pensées de Komatsu.

Après, il est évident que l’auteur voulait que ce soit Toriko qui se retrouve face à Heracles. Et donc le fait que les autres rois partent dans d’autres directions sert plus de prétexte et du coup semble quelque peu futile. Par contre, c’est toujours l’occasion de les voir développer de nouvelles techniques.

Sous ces airs de benêt, Komatsu a réussi à s’imposer comme un personnage courageux et attachant au fil des tomes. Digne de confiance, il n’a jamais reculé malgré la difficulté des épreuves qu’il a traversées jusqu’ici et possède une réelle force de caractère. Il nous prouve encore une fois grâce à ce passage qu’il est digne d’être le partenaire de Toriko. C’est un leader qui s’ignore et un cuisinier très talentueux, il a réussi à donner des ordres clairs et précis à tous nos amis venu lui prêter main forte. Il parvient avec brio à exploiter les talents de chacun et impressionne les lecteurs. De plus, l’idée des ingrédients à préparation spéciale est toujours aussi inspirée et géniale ; le défi est de taille pour notre chef Cook préféré. La préparation de Air se sera donc révéler très prenante puisque cette dernière se transformera en une véritable course contre la montre ! L’auteur en profitera également pour nous faire une révélation des plus surprenantes qui annonce une évolution très intéressante pour l’un des personnages.

Quant à l’affrontement de Toriko et d’Heracles, l’auteur réussit à rester cohérent avec la puissance titanesque du roi-cheval puisqu’on ne peut pas réellement parler de combat au premier sens du terme. J’ai littéralement adoré l’attitude de Toriko qui jubile de l’affronter tout en sachant pertinemment qu’il va se faire massacrer. Complétement pris au dépourvu, il n’a su à aucun moment quelle stratégie adopter et pourtant il a fait face avec beaucoup de courage. Il est clair qu’on peut reprocher à l’auteur une petite facilité scénaristique avec l’apparition d’une force insoupçonnée jusqu’à maintenant. Cela dit, rien ne dit qu’il aurait eu une chance de l’emporter en possédant cette dernière et puis l’auteur n’a jamais joué cette carte là avant. Cela reste une bonne pirouette et n’entache en rien la lecture du tome qui reste dans l’ensemble une bonne surprise à mon sens. Je préfère largement cette option plutôt que de voir Toriko se battre d’égal à égal avec Heracles.

A la lecture de ce tome, il est sûr que certains vont reprocher à Toriko d’être toujours dans la surenchère mais cela fait pourtant partie intégrante de son charme. Après, il fallait bien s’attendre à être confronté à un bestiaire furieux puisqu’on est dans le monde gourmet et puis on peut difficilement reprocher à l’auteur de jouer la carte à fond. C’est sans doute un peu trop rapide et un peu trop démentiel mais bon dieu ce que c’est bon !

En bref

A la lecture de ce tome, il est sûr que certains vont reprocher à Toriko d’être toujours dans la surenchère mais cela fait pourtant partie intégrante de son charme. Après, il fallait bien s’attendre à être confronté à un bestiaire furieux puisqu’on est dans le monde gourmet et puis on peut difficilement reprocher à l’auteur de jouer la carte à fond. C’est sans doute un peu trop rapide et un peu trop démentiel mais bon dieu ce que c’est bon !

8
Toriko
snoopy Suivre snoopy Toutes ses critiques (485)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire