8
Husk of Eden

par Charlie One le lun. 26 janv. 2015 Staff

Pour ce deuxième tome, Husk of Eden propose un récit centré sur une certaine Lily, ancienne prostituée tout fraichement enrôlée dans les rangs d’Eldorado.

Au travers d’un court flashback et de ses échanges avec Elipha et Lam, la jeune fille devient rapidement attachante à l’instar des derniers soldats tombés au combat. Si sa nature apparait de prime abord paisible et enjouée, on remarque très vite que derrière ce masque, se cache un caractère solide et une loyauté à toute épreuve.

Le fait d’avoir cinq chapitres entièrement consacrés à ce nouveau personnage permet une immersion plus intense qu’auparavant. En effet, ce choix scénaristique aura permis non seulement de développer une magnifique séquence de manipulation, arrivant à rendre carrément sympathiques les attaquants de la cité auxquels se retrouve confrontée Lily, mais aura surtout réussit à nous plonger dans l’incertitude. Connaissant la structure des histoires, le doute ne devrait pas être permis et pourtant, les développements parviennent à rendre imprévisible l’issue finale du tome, le moment fatidique pouvant facilement se produire à plusieurs moments clés de ce tome. Une fin heureuse est-elle si loin de portée ?

Du côté de l’ennemi, bien qu’en retrait, la dureté de la réalité prend une forme amère et violente comme du côté de nos combattants. Le comportement des différents camps vis-à-vis des autres est également rapidement évoqué, permettant de distiller des éléments de contexte bienvenus pour nous aider à saisir l’ampleur du conflit.

Malgré les nombreuses désillusions qui la parsèment, Husk of Eden est une série qui fait la part belle à l’espoir. Un espoir qui décuple la force et la signification des dernières heures vécues par Lily et ses compagnons d’armes, prisonnières d’une guerre qui parait lointaine dans les moments les plus calmes mais qui se rappelle toujours à nous de par son essence meurtrière.

En bref

8
Husk of Eden
Charlie One Suivre Charlie One Toutes ses critiques (311)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire