5
Jojo's Bizarre Adventure - Steel Ball Run

par Suiginto le mer. 12 juin 2013 Staff

Le classement de la première étape donne lieu à quelques rebondissements, tandis qu'ailleurs le staff de la course découvre les corps de concurrents sauvagement assassinés...

Le côté glauque des meurtres est un peu dérangeant, mais a le mérite de proposer de nouveaux enjeux à l'intrigue. Et ce passage permet surtout de faire la connaissance d'un shérif adjoint surprenant!

La course reprend par la suite, avec une seconde étape plus longue et plus périlleuse, où l'on suit surtout Jayro et Johnny. Ceux-ci se retrouvent soudain aux prises avec de nombreux ennemis...

En effet, et à mon grand regret, on quitte l'esprit de la course avec son suspense et ses retournements de situation, pour en revenir à un shônen plus axé sur les combats.
Et même si Steel Ball Run ne se réclame pas de la saga JoJo, on ne peut s'empêcher de penser aux stands inventés par Hirohiko Araki, quand on voit les super-pouvoirs originaux avec lesquels les concurrents s'affrontent.
Nos héros n'ont d'ailleurs pas fini de se battre, puisque le prochain tome promet de continuer sur le même arc...

L'édition de Tonkam reste correcte et agréable à parcourir.
Côté dessins, l'auteur se surpasse sur le design complètement déjanté des nouveaux ennemis. Cet aspect, cumulé avec une action et un découpage pas toujours très clairs, rend la lecture un peu poussive sur la fin du tome.

S'éloignant de la promesse initiale du scénario avec une course haletante et imprévisible qui mêlait vitesse et stratégie, Steel Ball Run s'oriente désormais vers de la baston.
Il reste à découvrir si cela deviendra la nouvelle ligne directrice de la série, la course devenant alors un simple décor aux affrontements... ou bien si Hirohiko Araki reviendra au style plus enlevé et original des deux premiers volumes.
Le prochain tome répondra sûrement à cette question!

En bref

5
Jojo's Bizarre Adventure - Steel Ball Run
Suiginto Suivre Suiginto Toutes ses critiques (720)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire