8
Syndrome 1866

par ivan isaak le ven. 29 avril 2011 Staff

Les évènements autour d’Ethika amènent Miroku à réfléchir sur ses objectifs et sur la manière dont il compte vivre maintenant, avec ce qu’il a fait…

Miroku semble avoir un nouvel adversaire, qui lui réserve une petite guerre psychologique : le procureur Goï, passionné de littérature et qui a reconnu le nom de Miroku Tachi dans le concours réservé aux jeunes auteurs auquel il avait participé. Ce qui l’intéresse au plus haut point, c’est la philosophie de vie du héros, qui semble très proche de celle que pourrait avoir le tueur actuellement activement recherché. Acculé, Miroku va jouer le tout pour le tout…

Avec ce 6ème tome, la lutte psychologique entre Miroku et le procureur Goï atteint des sommets ! Syndrome 1866 est l’un des seuls thrillers psychologiques en cours de publication en France et cela en fait une lecture fortement appréciable. En plus de la confrontation avec le procureur Goï, ce tome 6 met l’accent sur la vie de famille de notre assassin, loin d’être une source de bonheur pour lui. Sa relation avec Ethika évolue également, mais d’une manière un peu particulière. S’il manque toujours un petit quelque chose au titre de Naoyuki Ochiai, Syndrome 1866 est indiscutablement l’un des meilleurs seinen sortis en 2010 et l’un des tous meilleurs en cours de publication sous nos contrées. Unique en son genre, voilà le genre de titre qui pourrait convaincre les personnes réticentes au manga de s’y mettre.

Offrant une véritable lutte psychologique, ce 6ème tome de Syndrome 1866 se termine en plus par un coup de théâtre retentissant qui laisse le flou sur la suite à venir. Toujours excellent, il ne lui manque qu’une touche de génie supplémentaire pour entrer dans la catégorie des chefs-d’œuvre. Indispensable.

En bref

8
Syndrome 1866
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire